logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Réinventer la démocratie locale (1ère partie)

blason-gargenville

 

logo Gargenville

Que vaut le logo de « Gargenville en action » face au blason communal de 1966…?

Y’a pas photo ! Le résultat est clair ! La preuve en est apportée au quotidien par une large majorité de Gargenvillois !

En vérité, que vaut le Père Noël « Restons-Village » à Gargenville ?

RIEN ! PLUS RIEN ! Absolument plus rien !

L’arnaque électorale : 1701 voix pour une politique « Restons-Village »… D’aucuns pourraient y voir le parfait lever de rideau d’un attrape-nigaud, mais le contorsionniste local transpire de plus en plus…

L’étau se resserre inexorablement, que retiendra l’histoire des engagements BIDON du personnage ambiguë et insaisissable…?

Pour le moins, un dissimulateur doublé d’un esprit manipulateur ! Tous les « lapins » directement destinés aux électeurs en font foi !

 

Lapin montagne

Le drame, sans référendum local, sans démocratie participative, voilà Gargenville indirectement placée sous tutelle OIN !

Entre la Camy, l’Epamsa, l’Hôtel de ville, et ô surprise, l’œil vigilant d’une soi-disant opposition de « Nicole Delpeuch », regardez comme il est hautement question d’une pleine liberté de manœuvre accordée à « Monsieur Restons-Village », un privilège « autorisé » par des colistiers constamment baignés dans le déni du sens donné des élections, donc incapables d’analyser ce qui se trame sous leurs propres yeux… 

Découvrez comment les « lapins » de celui qui a ouvert la voie à une folle entreprise urbanistique et financière dans notre ville, réalise aux dépends de la population et de la démocratie Gargenvilloise, des extravagances les plus incroyables qui soient !

En exclusif, voici comment on se moque ouvertement d’un électorat communal, un procédé totalement immoral sans qu’aucun élu de la majorité s’interroge quelque peu sur le fond des retombées, voici comment on écrase une démocratie « villageoise », en réalité, voici comment fonctionne la boutique de « Gargenville en action » dans les divers conseils municipaux de Gargenville, c’est à dire, tout ce qui fait tant de mal à notre qualité de vie, à l’urbanistique et aux finances de la collectivité, aux contribuables contraints de subir ce qu’ils n’ont jamais voté le 30/03/2014 !!!

Délibération n° 14 E 61 du 26 juin 2014 : Demande de modification du projet ZA (Voir les procès-verbaux consultables sur le site de la mairie)

L’heure de vérité : 3 mois après la consultation plus que démocratique du 30/03/2014, ce conseil municipal du 26 juin 2014 était d’une importance capitale pour l’obtention d’une conformité politique dans un total respect des engagements des élections communales. 

Rapporteur : Jean Lemaire…!!! Dans son exposé, aucune remise en cause du terrible projet PORCHER tel qu’il était prévu par Nicole Delpeuch dans « ses » dramatiques passages en force durant les redoutables années noires 2004/2008, et 2010/2014…

Pour l’histoire… rappelons que la pionnière de l’OIN à Gargenville a été par deux fois « remerciée » par les électeurs de Gargenville…!!! Deux fois déchue, deux fois battue, deux fois congédiée par la population sur « ses » inadmissibles contraintes antidémocratiques que dénonçait justement Jean Lemaire à grand renfort de pubs…

Alors que dit et que fait Jean Lemaire à ses conseils ?

Dans son développé présenté à tous ses élus et l’opposition… Voyez comment l’ancien candidat d’un « Restons-Village » fait totalement abstraction de la démocratie locale qui vient tout juste de lui accorder sa confiance, un demi-tour sur lui-même pour finalement épouser un partiel remodelage du projet Porcher de Nicole Delpeuch… Position perso oblige ! Changement de cap ! Dix années d’oppositions à jamais perdues !

Constatez aussi comment Jean Lemaire joue avec les bulletins de vote des Gargenvillois… Aucune sincérité concernant le combat PORCHER, une lutte pourtant portée par deux formations qui sont à l’origine de l’élection de Jean Lemaire (un soutien « Restons-Village »)… Qu’en est-il de sa loyauté et de son honnêteté envers l’électorat qui lui a confié les responsabilités de la commune pour une toute autre politique ?

Inévitablement, le ton est donné, évidemment, des décisions très très lourdes de conséquences, également, aucune corrélation, aucune analyse sur les deux défaites de Nicole Delpeuch, c’est à dire, aucun recoupement, aucune cause à effet concernant le rejet politique de Nicole Delpeuch et le désir des électeurs d’en finir une fois pour toutes avec le projet PORCHER de l’OIN (un programme lancé sans aucune transparence démocratique et sans aucune sincérité avec la population Gargenvilloise)…

Par ailleurs, pas la moindre explication sur les véritables raisons de l’appel Républicain de PMD aboutissant à l’élection de Jean Lemaire ! A croire que tout est subitement oublié, au diable les promesses électorales, le « Restons-Village », le référendum, le combat Porcher, le collectif de l’opposition !!! D’un seul coup d’un seul, amnésique !!! 

Sur le fond, plusieurs milliers de personnes dépendaient alors de l’état d’esprit et de la tenue de route de « Monsieur Restons-Village », mais personne, absolument personne autour de Jean Lemaire ne s’est étonné de ce revirement radical… INCROYABLE ! Tous soudainement devenus des grands bénis communaux !!! Dans un entourage aussi mou, les faits du roi peuvent toujours perdurer ad vitam aeternam sans aucune entrave…

 

Bilan : Des électeurs ignorés, dépréciés, abusés, méprisés…

Hormis le groupe scolaire revu à 8 classes, pas de recherche de solution en cohésion avec les engagements de campagne « du très heureux locataire de l’Hôtel de ville »… Le seul inconvénient de taille pour celui qui est enfin devenu maire au bout de 30 ans d’impatience (dont 11 années à trépigner dans les bas-fonds de l’opposition sans réel lendemain), en une seule délibération, Jean Lemaire est devenu l’élu d’une injustice démocratique sans commune mesure avec le sens de son élection, du coup, il endosse par la même occasion le symbole de la démolition de notre cadre de vie, au bout du compte, il devient ressemblant à ce qu’il y a de plus détestable en politique pour un pays qui se veut pleinement respectable de la démocratie à tous points de vues !

Passons au vote… 

LE CONSEIL MUNICIPAL, à la majorité…

 

Par 23 voix Pour, 6 voix Contre (Nicole Delpeuch, Luc Préaud, Marie-José De Carvalho, Joël Rézé, Yann Péron, Marjolaine Grolleau) et aucune abstention,

« Donne mandat à Monsieur le Maire pour entreprendre toutes les négociations nécessaires avec l’EPAMSA dans le but d’arriver à un aménagement de la ZAC respectant tous les points ci-dessus exposés(PV sur le site) et, à défaut, de pouvoir obtenir un nouvel arrêté préfectoral portant sur ce nouvel aménagement. »

Notez que la dite-opposition « Nicole Delpeuch » vote symboliquement Contre (étant donné l’amputation de « son » groupe scolaire évalué à 12 millions €… Question d’amour-propre !)

 

Deuxième point de repère concernant la déloyauté politique de Jean Lemaire qui n’en finit pas d’écœurer les électeurs…

 

Délibération n° 14 H 123 : Autorisation donnée au Maire de signer l’avenant n° 2 à la convention d’action foncière pour la réalisation de la ZAC des Hauts de Rangiport avec l’EPAMSA et l’EPFY

 

Rapporteur : Jean LEMAIRE

La commune de Gargenville, l’EPAMSA et l’EPFY se sont associés en 2011 dans le cadre d’une convention d’action foncière pour la réalisation d’un projet urbain sur la ZAC « les Hauts de Rangiport ».

Cette convention a été signée le 5 septembre 2011 pour une durée de 2 ans, et l’avenant n° 1 a prorogé le terme de la convention au 31 décembre 2014.

Pour permettre la finalisation de l’action foncière et le portage du foncier, il convient de proroger la durée de cette convention jusqu’au 31 décembre 2020, en cohérence avec le phasage de l’opération.

Commune de Gargenville – Séance du conseil municipal du 18 décembre 2014

Vu la délibération n° 11F83 en date du 30/06/2011 approuvant la convention d’action foncière pour la réalisation d’un projet urbain entre la commune de Gargenville, l’établissement public d’aménagement du Mantois Seine Aval (EPAMSA) et l’établissement public foncier des Yvelines (EPFY),

Vu la délibération n° 13D63 en date du 28/06/2013 autorisant le Maire (l’équipe « Delpeuch ») de Gargenville à signer l’avenant n° 1 à la convention d’action foncière pour la réalisation d’un projet urbain avec l’EPAMSA et l’EPFY,

 

Monsieur LEMAIRE explique : il s’agit tout simplement de proroger la convention qui a été signée à l’origine entre l’EPAMSA, l’EPFY et la commune de Gargenville (l’équipe Delpeuch entre 2010/2014), concernant la ZAC des Hauts de Rangiport, à l’époque, l’opposition Jean Lemaire avait voté Contre, mais une fois maire, il vote POUR et méprise ainsi ses électeurs, ses engagements et le sens de son mandat…) TOUT Y PASSE !

 

Après avoir entendu l’exposé du rapporteur et en avoir délibéré,

 

LE CONSEIL MUNICIPAL,

À l’unanimité… 29 voix sur 29 !(majorité/opposition en plein accord commun sur la destinée « Porcher », entérine le simulacre de la « FAVEUR » que s’étaient octroyés les élus « Delpeuch » et les aménageurs « Epamsa/Epfy » en conclusion de la concertation très controversée de l’époque), à noter que l’opposition de Jean Lemaire avait voté Contre ces deux délibérations capitales de 2011 et de 2013…

Quel revirement une fois le mandat en poche !!!

 

Autorise Monsieur le Maire à signer l’avenant n° 2 à la convention d’action foncière pour la réalisation de la ZAC des Hauts de Rangiport avec l’EPAMSA et l’EPFY ci-annexé.

Même s’il s’agit d’un procédé municipal pas très très légal au niveau du droit démocratique Européen (une procédure pourrait tout à fait démontrer deux côtés totalement manipulés pour passer outre la volonté du peuple), de toute évidence, il n’en reste pas moins que le système bidouillé repose sur une coalition majorité/opposition construite aux dépends du sens donné des élections communales du 30 mars 2014…

 

ADIEU « RESTONS-VILLAGE » !!!

 

à suivre…(Toutes les délibérations favorisant le chaos, tous les votes inadmissibles à contre courant du sens donné du mandat et de l’intérêt général de la ville, dans un prochain article)

 

LE 28/01/2016/ASSOCIATION GARGENVILLE SEINE VEXIN

One thought on “Réinventer la démocratie locale (1ère partie)”

  1. Rosalie dit :

    Ceci explique cela ! Apparemment c’est en fonction de la facilité de son « orientation » politique » qu’il est devenu autrement plus dangereux pour la ville et toujours pas inquiété…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Connexion