logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Forte canicule… et pollution de l’air… ça gaze ?

cheminee-rejet-vapeur

POLLUTION DE L’AIR

La réduction des rejets de gaz polluants dans l’air doit passer par des mesures draconiennes, des contraintes aussi bien pour les installations industrielles comme les Ciments Calcia de Gargenville, que les transports ou encore l’agriculture et la production d’énergie.

Aujourd’hui, le taux de dioxine de carbone présent dans l’atmosphère est supérieur de 40% environ à celui de la période préindustrielle.

La planète n’avait plus connu un niveau de CO2 aussi élevé depuis 650 000 années.

Greenpeace International

CONFORMITE DES TRAITEMENTS DES FUMEES…

Pollution à l’ozone

Article publié dans Pollution et environnement

Cheminées d'usine rejetant des gaz à effet de serre

 

L’ozone (O3) est un gaz polluant émis dans l’air par les activités industrielles, de transports, et qui est produit dans l’atmosphère par des réactions chimiques entre les composés organiques volatils et les oxydes d’azote. La chaleur et l’absence de vent maintiennent au sol ce gaz, qui stagne.

L’ozone est un gaz nocif pour la santé : il agresse les muqueuses oculaires et respiratoires, entraînant des crises d’asthme, de la toux, des essoufflements, irrite le nez, les yeux et la gorge, et altère les fonctions pulmonaires.

Des niveaux d’alertes et de pics de pollution ont été fixés pour l’ozone :

  • supérieur à180 microgrammes d’ozone par m3 d’air : niveau d’information et de recommandation. La population est informée par les préfectures, et des recommandations sanitaires et comportementales sont diffusées.

  • supérieur à 240 microgrammes/m3 en moyenne horaire dépassé pendant 3 heures consécutives : niveau d’alerte 1

  • supérieur à 300 microgrammes/m3 en moyenne horaire dépassé pendant 3 heures consécutives : niveau d’alerte 2

  • supérieur à 360 microgrammes/m3 en moyenne horaire : niveau d’alerte 3

Le niveau d’alerte implique des mesures de restrictions d’activités émettrices d’ozone, industrielles, automobiles et également domestiques.

Le Ministère de l’écologie fait des recommandations comportementales en cas de pics d’ozone :

  • Utiliser les transports en commun ou pratiquer le covoiturage

  • Privilégier la marche ou le vélo pour les petits trajets

  • En voiture : réduire la vitesse et conduire « en souplesse », limiter l’usage de la climatisation

  • Privilégier les stations services équipées d’installations de récupération de vapeurs

  • Ne pas utiliser de produits à base de solvants (peintures, vernis, white-spirit, etc.)

  • Ne pas utiliser d’outils d’entretien extérieur non électriques (tondeuses, taille haie, etc.)

Ainsi que des recommandations sanitaires :

  • En cas de dépassement du seuil de recommandation et d’information de 180 µg/m3 en moyenne horaire :

    • Être vigilant vis à vis de l’apparition de symptômes évocateurs chez les enfants (toux, gêne respiratoire, irritation de la gorge, des yeux) et ne pas hésiter à prendre un avis médical

    • Ne pas aggraver les effets de la pollution en ajoutant des facteurs irritants : fumée de tabac, utilisations de solvants, etc

    • Pour les patients souffrant d’une pathologie chronique, asthmatiques, insuffisants respiratoires ou cardiaques : respecter rigoureusement leur traitement de fond, être vigilants par rapport à toute aggravation de leur état et ne pas hésiter à consulter leur médecin

    • Organiser les activités sportives en matinée (avant midi)

    • Éviter les exercices physiques intenses pour les sujets sensibles

    • En cas de dépassement du seuil d’alerte de 240 µg/m3 en moyenne horaire

  • En cas de dépassement du seuil de recommandation et d’information de 240 µg/m3 en moyenne horaire :

    • Pour les enfants :

    • Éviter les promenades pour les jeunes enfants (moins de 6 ans)

    • Éviter les activités à l’extérieur et privilégier à l’intérieur des locaux les exercices physiques de moyenne ou faible intensité

    • Reporter les compétitions sportives

    • Pour les adolescents et les adultes :

    • Éviter à l’extérieur les activités sportives violentes et les exercices d’endurance

    • Déplacer dans la mesure du possible les compétitions sportives prévues à cette période

Afin de réduire les émissions d’ozone, il s’agit de prendre des mesures de prévention et de contrôle strictes dans les domaines de l’industrie, des transports, et des activités domestiques. Un programme d’actions adopté en 2003 vise à réduire par 2 les émissions des molécules à l’origine de l’ozone à l’horizon 2010.

Réduction des rejets de gaz polluants

Article publié dans Air et développement durable

Pollution de l'air cheminée

 

La réduction des rejets de gaz polluants dans l’air doit passer inévitablement par des mesures draconiennes : elle repose sur des contraintes réglementaires, aussi bien pour les installations industrielles, les transports, la production d’énergie ou encore l’agriculture.

Les gaz toxiques présents dans l’air doivent être analysés et contrôlés : dans les pays de l’Union Européenne, les inventaires d’émission consistent à évaluer les flux de polluants émis par catégories d’activités à partir de facteurs d’émission moyens. La surveillance est facilitée par l’utilisation de polluants indicateurs représentatifs.

L’objectif en terme de réduction de gaz polluants, pour chaque secteur industriel, est de limiter les rejets de dioxyde de carbone (CO2), ozone, oxydes d’azote, hydrocarbures, plomb, particules en suspension…

Le changement de comportement de chaque citoyen est également un facteur déterminant pour la lutte contre la pollution de l’air :

  • Utiliser les transports en commun, les transports propres ou transports doux plutôt que l’automobile, et en cas d’utilisation incontournable de la voiture, adopter une éco-conduite.

  • Éviter les déplacements en avion, fortement émetteurs de gaz à effet de serre.

  • Changer les modes de consommation, par exemple, concernant l’utilisation de peintures avec solvants ou des produits ménagers toxiques qui peuvent émettre des composés organiques volatils…

Les gaz polluants ont des répercussions graves sur l’environnement et la santé humaine. Dans une perspective de développement durable, l’amélioration de la qualité de l’air passe par la limitation et à terme le recours à une solution alternative à ces rejets.

Connexion