logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Souveraineté, une majorité de mécontents !

Ne pas voter

 

Second tour des municipales, record d’abstention absolu !

 

60% des électeurs ne jouent plus le jeu !

 

Décrochage du citoyen.

Les “spécialistes”/“experts”, ont dit, à juste cause, que l’exceptionnel record d’abstention du premier tour, était dû, [exclusivement], à l’accélération de l’épidémie du covid-19, beaucoup plus active entre les 10 et 20 mars derniers, période électorale décisive où tout a basculé dans un confinement général dès la fermeture des bureaux de vote.

Or, compte tenu de conditions sanitaires sans précédent, du taux d’abstention du 1er tour, la volonté générale se disait logiquement, qu’on allait vers de nouvelles élections, au plus tôt à l’automne 2020, au plus tard au printemps 2021.

Hélas, il n’en a rien été ! Le mécanisme de décision a validé le 1er tour et a maintenu le second tour au 28 juin.

Au soir du dimanche 28 juin 2020, lorsque l’on regarde attentivement l’immense signal d’alarme de la participation du second tour des municipales, [record absolu d’abstention des élections en France], on ne peut que constater le niveau inquiétant de désintérêt de millions de citoyens, des citoyens loin d’avoir été autant alarmés au second tour comme ils l’avaient été au 1er tour du 15 mars, par un virus alors en pleine expansion épidémique dans tout le pays.

 

Municipales 2020 : 40% de votants = crédibilité quasi nulle !

 

Pour la première fois depuis 1959, sur quoi repose la souveraineté populaire ?  

Le droit de s’exprimer, de participer, de décider, ne convainc plus des millions d’électeurs en France ? 

Dans une perspective de pleine autorité républicaine, les municipales ont toujours été considérées, avec les Présidentielles, comme l’arc-boutant de la Vème République. Or, tel n’est plus le cas depuis le 28 juin 2020.

Médias : Parmi les indicateurs utilisés à “légaliser” la désertion des urnes, d’abord il y a la faible importance attachée aux deux records d’abstention, on fait comme si tout était conforme/comme si tout était logique dans le meilleur des mondes “circulez y’a rien à voir” ! Pas de priorité à la désertification des bureaux de vote, on fait comme si tous ces millions de non-votants ne représentaient pas la loi du nombre, mais ils sont la preuve d’un désaccord profond.

Alors on invente un air de consentement unanime et souverain. On joue la montre, voire l’indifférence, qui n’en est pas une car la situation préoccupe tous les rouages de l’État – à l’inverse – le peuple ne peut que passer le message d’un mécontentement général – et ce même peuple le fait savoir sous forme d’ultimatum – comme si la situation n’était plus conforme aux fondamentaux, aux règles de la Vème République. Mais dans les faits, 60% d’exclus ?

 

De la démocratie avec le peuple à la démocratie sans le peuple…

28 juin 2020, pour la 1ère fois dans l’histoire de la Vème République, émergence d’une règle minoritaire de décideurs locaux ? Élus pour autant, tous les autres sont tenus de se soumettre aux décisions qu’une majorité n’a pas consentie ?

Désertion des urnes : Le “tous pourris” gagne du terrain. Le mal est profond, mais sur les plateaux télé… Bof… 40% de votants… rien d’alarmant, un excès de mauvaise humeur pense-t-on. Pas un mot de la rébellion par les urnes, pas un mot de l’avertissement du peuple transmis à “l’archétype technocratique” du monde de l’après covid. Silence total !

Cela dit, fallait-il annuler le premier tour du 15 mars et reporter les élections municipales à l’automne 2020, ou au printemps 2021, comme le suggérait bon nombre de responsables politiques au contact du peuple ?

L’expérience, le recul, révèlent que le mécanisme de participation civique, particulièrement “exemplaire” sous la Vème aux élections municipales, n’est plus, aujourd’hui, que l’affaire d’une minorité, à l’inverse des expressions des 6 décennies précédentes. Malgré tout, les sondages indiquent que le peuple aurait été plus intéressé, plus apte à servir le jugement des municipales en mars 2021. Sous-jacent, si l’honnêteté démocratique est primordiale lorsqu’il s’agit d’administrer les affaires publiques dans un minima représentatif des 50% [dans le respect de légalité souveraine], la question d’une minorité-majoritaire en pouvoirs délégués sous la barre des 50%, pose problème de souveraineté.

 

Municipales, départementales, régionales, législatives…

La France se détourne des fondements de la Vème République ?

 

Ci-dessous, tableaux des abstentions aux municipales, aux départementales, aux régionales, aux législatives… Il n’y a plus d’émergence majoritaire en France à tous les niveaux du système étatique de la Vème République ?

 

 

Abstention 3

abstentions_departementales

Abstention aux régionales

Abstention aux législatives

 

Bilan : Des municipales aux législatives, la loi du nombre n’est plus ? 

 

Le principe de majorité est un élément indispensable au bon fonctionnement du pays….

Fait nouveau à signaler (sous Vème République), le défi de contrer le second tour des municipales, fixé fébrilement au 28 juin, [trois mois après le premier tour], est immense compte tenu de la détermination du peuple à se désengager d’une haute décision d’État. Décision d’un exécutif à contre courant de l’opinion publique, mais aussi décision aux multiples rebondissements, non seulement parce que cette décision de vote du 28 juin interpelle directement tous les élus sous la barre des 50% [néanmoins, tous élus 6 années pour autant], mais également, met en lumière la faiblesse des élus des régions, des départements, par là même des mégapoles, des intercommunalités et tous les acteurs de la vie collective qui sont conjointement les premiers grands responsables de ce recul démocratique de notre société.

Dans cette crise de la représentation, n’oublions pas non plus la mise en accusation des intercommunalités, des groupements d’intercommunalités, des mégapoles, qui sont autant de cumuls de frustrations du peuple, d’un manquement à la liberté de décision du peuple, de libertés perdues/brisées, de promesses d’économies transformées en gabegie, d’engagements d’une souplesse démocratique mutée en services hiérarchiques sourds et infranchissables, et autres difficultés grandissantes, constamment pas à la hauteur des attentes du peuple, perpétuellement perdant.

Si c’est ça le bonheur promis, le peuple n’en veut pas !

 

Qui peut concevoir une démocratie représentative sous le seuil permanent des 50% ?

A l’exception de l’élection présidentielle, notez que les départementales, les régionales, sont depuis une décennie des élections à hauteur d’une participation des 50%, ou sous les 50%.

Quant aux législatives, et pour la première fois sous la Vème république, notez également que le taux de participation de 2017 a été inférieur aux 50%. Encore une alerte démocratique supplémentaire ? 

Notons également que les 60% de non-votants du second tour des municipales du 28 juin, sont la preuve indéniable que nous traversons une période d’instabilité exceptionnelle, dont la crise des Gilets Jaunes en a été l’un des éléments révélateurs [désir de rénovation du sol au plafond dans les meilleurs délais possibles]. La crise annoncée de l’après-covid sera-t-elle l’occasion de tout revoir ?

 

Abstention à la présidentielle

 

Bilan général : Les français n’ont plus envie d’aller voter. Le déclin de l’organisation du pays est total à tous les niveaux représentatifs. OUF ! La Présidentielle tient bon… et c’est de la Présidentielle qu’une nouvelle forme de représentativité du peuple est encore possible. Un seul mot d’ordre, tout changer et vite !

 

LE 03/07/2020/ASSOCIATION GARGENVILLE SEINE VEXIN

 

Qui en parle ?

Paris, Anne Hidalgo fait un tabac sur 36,68% de participation, à l’image de la France !

 

 

Municipales : le record historique d’abstention battu à Paris, seulement 36,68 % de participation

Le taux de participation au second tour des élections municipales de Paris, dimanche 28 juin 2020, a été le plus faible jamais enregistré depuis 1977 et la première municipale.

Le taux de participation au second tour des élections municipales du dimanche 28 juin 2020, à Paris, est le plus faible jamais enregistré dans la capitale.
Le taux de participation au second tour des élections municipales du dimanche 28 juin 2020, à Paris, est le plus faible jamais enregistré dans la capitale. (©SL / actu Paris)

Le ou la maire de Paris est élu au suffrage universel depuis 1977. Jusqu’à ce dimanche 28 juin 2020, le taux de participation n’était jamais tombé en dessous des 50 % au second tour des élections municipales. C’est le cas, pour l’édition 2020.

63,31 % d’abstention, bien plus qu’en 1995

Le taux de participation était faible à midi, avec 8,34 %, et l’écart de comparaison avec 2014 s’est creusé à 17 heures, puisque le taux de participation était seulement de 23,89 % dans la capitale (38,60 % en 2014).

Le couperet est tombé à la fin des dépouillements : avec 36,68 % d’électeurs ayant voté dimanche, le taux de participation de ce dimanche est le plus faible jamais enregistré dans la capitale depuis 1977 et la première élection municipale. En 2014, 58 % des électeurs avaient voté au second tour des élections municipales.

Le record d’abstention datait de 1995 : « seuls » 53,05 % des électeurs avaient voté pour 46,95 % d’abstentionnistes. Ils avaient le choix entre Jean Tibéri (RPR), Bertrand Delanoë (PS) et Martine Lehideux (FN). Le premier l’avait emporté.

 

 

 

26 thoughts on “Souveraineté, une majorité de mécontents !”

  1. Patrick dit :

    Des nouveaux arrivants ? Des petits nouveaux ? Youppie !!! Chouette des perdreaux de l’année ! Eh ben voilà, ça continue, des intox, des intox et toujours des intox. Gargenville va à nouveau pouvoir concurrencer Les Mureaux et Mantes-la-Jolie ? Quand on voit l’incurie de ces deux équipes, qui se font une guerre des clans sans merci pour se piquer le pouvoir à tour de rôle depuis 2004, tout ça pour un quartier à difficultés qu’ils ont pondu entre eux malgré deux rejets des électeurs, on peut être tranquilles, ça repart de plus belle pour l’apothéose finale !

  2. Gargenville c'est l'Amérique ! dit :

    Gargenville Magazine ? Areu areu areu dans toutes les pages ! C’est du niveau de la maternelle, des discours, du vent, du blablabla, mais nuls lorsqu’il s’agit de défendre les vrais intérêts de la ville ! Mieux, c’est eux qui ont tout mijoté, tout calculé et signé ensemble dans le dos des Gargenvillois ! Il faut avoir conscience que Lemaire/Delpeuch/Perron c’est du pareil au même ! Nous voilà maintenant avec un petit Val Fourré, une ville sale, de l’insécurité, des déficits monstrueux, une dette abyssale et une équipe qui représente 30% des électeurs. C’est magnifique ! Tous heureux ! Pourvu que ça dure !

  3. Sylvain dit :

    Vous le dîtes, le prix de la souveraineté est quasi nul, donc espérance de rien ! Si, espérance d’HLM à gogo ! Alors qu’il aurait fallu une vraie majorité pour effacer les traces du cataclysme qui s’est abattu sur Gargenville, évidemment sous les directives de Nicole Delpeuch et Jean Lemaire. Voilà que ça repart de plus belle avec Yann Perron sans majorité démocratique, mais avec le bon élève de Nicole Delpeuch qui se dit prêt à mener à terme la politique « Delpeuch ». Dans un système pareil, qui pour combattre les mensonges, les intrigues, les malfaisances, sous filière stratégique de l’OIN Bédier ? Jean Lemaire le détenteur d’une pirouette historique qui en reprend pour 6 ans d’opposition après 40 ans de mairie, ? Lui le moralisateur qui disait 30 ans ça suffit ? C’est ça les deux impressionnants représentants de Gargenville ?

  4. Politique poubelle dit :

    Pourquoi 60% d’abstention ? A Gargenville on peut dire que la majorité de ses habitants s’attachent à protéger ce qui reste de son cadre de vie, son histoire, sa culture, que méprisent la minorité du trio Delpeuch/Lemaire/Perron, tous séduits depuis des lustres par les idéologies de l’OIN Bédier, du béton à tout va entre le Val Fourré et Les Mureaux pour combler les villages voisins de milliers de cages à lapins. Le plus grave, c’est qu’ils n’ont plus aucune souveraineté pour le faire, ce qui ne les empêchent pas de se détester et se faire la guerre pour mener à bien le programme Bédier.

  5. MOI MAIRE, NON C'EST MOI ! dit :

    « Nos » amis bétonneurs de toujours, Lemaire/Delpeuch/Perron, rejouent leur bras de fer en direct sur la vieille obsession de bétonner tout Gargenville ? Parce que sur le fond, c’est bien de ça qu’il s’agit, le reste n’est que peccadille. L’affrontement idéologique que nous avons pu suivre sur les réseaux sociaux, relance le problème de souveraineté avec davantage d’intensité. Ayez toujours en tête que les deux ont ravagé Gargenville et que les deux ont mis en lumière le béton Bédier en trahissant une majorité de Gargenvillois. La virulence de leurs attaques démontre une nouvelle fois leur attachement au pouvoir tout-puissant, l’un pour achever ses déviances monumentales, l’autre pour mener à bien le programme « Delpeuch » !

  6. Quentin dit :

    Eh ouais, la souveraineté se gagne, par exemple en ayant le souci des intérêts de la commune et de sa population. Ce qui veut dire un changement de cap à 180° par rapport à ce que nous avons vécu depuis 15 ans. Il nous faut des gens comme du temps de Samitier, et non pas des VRP à la solde du béton Bédier ! Tous ceux qui ont égaré Gargenville DEHORS !! Qu’ils aillent faire ça ailleurs !

  7. Gilets Jaunes dit :

    Ah bon ? On a une entreprise de bichonnage qui aurait débarbouillé le parc d’Hanneucourt ? Ah mais c’est connu, y’a pas mieux que des rois du béton qui décident de se mettre au vert ! Comme ils ont l’air contents comme tout de s’être convertis, qu’ils ne s’arrêtent pas en aussi bon chemin, il reste à balayer les rues de Gargenville, les lavoirs à récurer, les espaces verts à bichonner, l’église à astiquer, les espaces verts à briquer, les stades de foot et de rugby à passer au peigne fin, l’asticotage dans les écoles et la salle des Fêtes et les gymnases à toiletter de fond en comble. Après ça, un petit coup de fraîcheur pour ce qu’il reste de nos arbres, en n’oubliant pas de replanter ceux qu’ils ont détruit en 2010/2014. Ensuite, ce serait plutôt chouette qu’ils nous bricolent de nouveaux filtres sur Calcia, rien que pour assainir l’air de la commune, ça pue, avant de nous débarrasser de leurs enfouissements de déchets ultimes de la Sita et la carrière de Guitrancourt. Comme les bonnes manières en appellent d’autres, pourquoi pas un petit stage de formation sur les nuisances du béton et la qualité de vie de nos concitoyens ? Une fois tout terminé, c’est promis/juré, on votera pour vous la prochaine fois, peut-être même que vous dépasserez votre record de 40% de votants ! Allez savoir !! Et n’oubliez pas Pierre Bédier et tata Delpeuch pour vous filer un coup de main !! Bonne réussite !

  8. Kévin dit :

    Qui s’étonne que Messieurs Lemaire et Perron passent leur temps à s’écharper en public sur une pauvre élection de 40% de votants, quand des milliers de Gargenvillois n’ont même plus la liberté de maîtriser la moindre décision abracadabrante depuis 15 ans ! A quand la fin des combinaisons de ces deux clans pour contraindre le peuple à ce qu’il n’a jamais voté ?

  9. Philou dit :

    Dans quel état est devenu notre village, au fil de ces dernières décennies, et depuis le départ de notre cher maire, Mr André Samitier! Le bilan aujourd’hui ?!…: bétonisation à outrance (le ghetto de Porcher), politique relayée et soutenue par nos deux derniers édiles, insécurité grandissante (drogue, larcins divers, incivilités), dégradation des espaces verts (qu’est-il advenu des 3 étoiles de notre Gargenville d’antan au titre de village fleuri?…), insalubrité de nos rues et trottoirs, pollution continue de Calcia (à quand un contrôle des filtres des cheminées par des experts indépendants ?…), stationnement et circulation inadaptés, entretien de notre patrimoine et des infrastructures sportives et scolaires, etc, etc…..

  10. Bastien dit :

    Avec 40% de votants, que reste-t-il de la démocratie ? Rien, et rien de rien ! La France, pays le plus imposé au monde, perte du sens de l’Etat, incapable de servir police/justice/santé, incapable de voir les souffrances des gens, des paysans, des petits commerçants, du peuple d’en bas, tous accablés de charges, directes, indirectes. Incapable de répondre aux demandes du peuple-gilet jaune, sinon les caricaturées et les réprimées par la violence. Mais soyons heureux, leur vague verte… en réalité 10% de bobos qui réclament le défilé de chars électriques sur les champs Elysées. Une fois de plus, le peuple de France, le peuple des régions, le vrai, se retrouve dindon de la farce. Encore une déconnexion complète des gouvernants face à la protestation des urnes !

  11. Citoyens, soyez désespérés ! dit :

    Des projets confirmés ont le vent en poupe… et les petits doigts d’une majorité d’administrés nous disent que nous allons vivre des moments importants. Une défaite de l’un ou l’autre aurait signifié la fin des projets programmés, mais ce n’est pas ce qui est arrivé, car tout a été calculé. Comment ça marche dans cette mairie ? Pas de nouveau en lice, donc pas d’assurance d’un quelconque contrôle, donc pas de dérangement, donc tout continue comme avant, mais à l’envers, cette fois comme en 2010/2014, sans Nicole Delpeuch mais avec le premier de sa classe. Derrière les prises de bec, parfois spectaculaires, il n’y aura pas de remise en cause. C’est promis ! C’est juré ! C’est entendu ! L’un protège l’autre, parfois au coude à coude, et tous sont d’accord. Une division pour moi, un permis pour toi, un déménagement pour moi, un havre de paix pour toi… et bien sûr, continuation des horreurs sur Rangiport. Ils s’arrangent entre eux, ils votent un pylône Bouygues à l’unanimité et se déjugent à l’unanimité 1 an plus tard sur le même pylône Bouygues. Aux semeurs de désordres, le calme retrouvé. Tout passe. Tout glisse. Tout est classé. Tout est archivé. D’ailleurs, plus un bruit du côté du collectif, jadis remonté à bloc. Chut on dort, tous anesthésiés. Finalement les rivaux s’en tirent bien, par un coup de poker ils sont quittes. Alors, comme convenu, l’étape déterminante sur Porcher va retrouver sa dynamique, comme le niveau des impôts qu’on attribuera à l’impérative nécessité de combler les trous du prédécesseur. Des relents des ventes passées reviendront en tête, mais c’est loin d’y suffire, les deux alors à égalité de responsabilité sauveront les meubles tout en cherchant à prendre une avance sur son rival, et l’inquiétude de la souveraineté de la ville restera à son comble, même si le coup fatal de 40% de votants a été porté au système, car il s’agit avant tout d’honorer les pitoyables performances urbanistiques que détruiront le fameux tandem de ce qu’il reste du cadre de vie de la ville. Le verdict est tombé, comme avant, comme toujours, les deux continuent leur stratagème dans un coup pour toi un coup pour moi ! Par défaut, donnée vainqueur, une minorité inflige de nouveau à la majorité, à loi du plus grand nombre, aux laissés pour compte, aux ignorés, la poursuite de ce que la population a déjà rejetée à deux reprises à Gargenville ! Merci et bonne nuit aux sombres délégués du spectaculaire résultat d’un pareil au même !

  12. Gilles dit :

    Les Français ont boudé massivement l’élection municipale avec un taux d’abstention record de 60% ? Du jamais vu sous la Vème République pour un second tour ? Un niveau record jamais atteint pour des municipales sous la Ve République ? Mes ancêtres se sont battus pour que je sois libre ! Mes ancêtres se sont battus pour que j’ai la liberté de pensée ! Quand on voit tout ce qui se passe depuis 40 ans, tout ce qu’ils ont fait contre la patrie, ou aujourd’hui on se barre, ou il vaut mieux rester chez soi plutôt que de mettre du papier toilette dans une enveloppe, c’est mieux ! Et Gargenville est à l’image du pays, en pleine tourmente !

  13. Sylvain dit :

    30% des électeurs viennent de reconduire l’ancienne équipe de Nicole Delpeuch, tous déguisés en lapins inoffensifs. Sans majorité suffisante, une forme souterraine va être employée en sourdine afin de poursuivre l’urbanisation de masse de Nicole Delpeuch, jadis votée par Yann Perron et son équipe d’entichés d’un ghetto Porcher. Paradoxe, tous habitants de belles villas sur de beaux terrains, bien à l’abri du futur ghetto. Le bon peuple est quasi sous tranquillisants, pendant ce temps ils s’occupent de tout, sans bruit ils s’apprêtent à mettre en œuvre le programme Delpeuch/Bédier, qui noie, qui coule, qui détruit Gargenville. D’où l’intérêt d’un nombre croissant de Gargenvillois à se dresser contre cette organisation de torpilleurs de la commune.

  14. Gilets Jaunes dit :

    Raphaël COGNET, proche de Pierre Bédier, maire de Mantes-la-Jolie, a été largement élu par 127 voix sur 139 votants, soit plus de 91% des suffrages à la présidence de la communauté urbaine GPSO lors du premier conseil de la mandature 2020/2026, qui n’en doutons pas un millième de seconde, aura reçu plein soutien de Yann Perron et Anne-Marie Malais, grands inconditionnels de Nicole Delpeuch et Pierre Bédier, eux-mêmes grands inconditionnels de l’urbanisation de masse de Gargenville.

    Un internaute ayant soutenu de toutes ses forces Yann PERRON dit ceci : « Le clientélisme comme d’habitude…ça tourne en boucle !!! Scrutin digne des républiques bananières…c’est l’entre soi ! »

    Avant l’incroyable erreur monumentale de cet internaute de soutenir et voter Yann Perron les yeux fermés, comme heureusement seulement 30% des inscrits sur la commune (Rappel : 70% des inscrits n’adhèrent pas au retour de la politique Delpeuch/Bédier/Perron des années 2010/2014), ne fallait-il pas voir et anticiper ce genre de filiation qui évidemment favorisera une fois de plus l’urbanisation de masse de l’OIN Bédier/Delpeuch à Gargenville ?

    Vous nous direz que vous n’êtes pas le seul à avoir commis cette grave erreur d’appréciation immensément préjudiciable, la gauche caviar de Gargenville en a fait tout autant, plus grave, pour une affaire de copinage entre voisins débouchant sur des problèmes de dérangements personnels sur la voie publique.

    C’est ça la gauche, dans toute sa splendeur ?

    Y’a-t-il encore quelque part une authentique sincérité politique à Gargenville et le Mantois ?

    Tout va de plus en plus mal en France, de moins en moins de gens vont voter, ne serait-il pas temps de remettre à jour la constitution par référendum (RIC) ? Ce qui éviterait des élus prenant des décisions cruciales sur 25, 30 ou 40% de votants !

  15. Une majorité de Gaulois réfractaires ? dit :

    Le feu au lac ? Rien ne va plus ?

    On le voit, de plus en plus de Français ne vont plus voter, depuis le 28 juin 2020, date électorale historique, ils sont une majorité de non-votants, une majorité jamais atteinte, une majorité dépassant la barre fatidique des 50%, une majorité grandissante, débordante, inquiétante, puissante, 60% des gens en ont par dessus la tête de la situation désastreuse, de ceux qui nous gouvernent, de ceux qui en 40 années ont détruit les grandes valeurs de ce qui a fait la France, de ce qui a amené le pays au fil des siècles à une République qui se voulait moderne, stable, adaptée, représentative, ils en ont par dessus la tête du record de pression fiscale, insupportable, de la dégradation sociale, de l’insécurité, qui empoisonne le territoire, d’un Etat qui fonctionne sans le peuple, qui brade nos usines, nos industries, notre paysannerie, nos héritages, nos richesses, notre patrimoine, notre culture, notre histoire, qui supprime le référendum 2005 simplement parce que ce même peuple a osé fissurer la vitrine idéologique d’une Europe à côté de la plaque, aux accents dominants du Deutsche Mark, 60% des gens en ont par dessus la tête de ceux qui sont aux ordres, de ceux qui éborgnent, qui mutilent, qui emprisonnent de modestes citoyens Gilets Jaunes du simple fait qu’ils ont crié leur désarroi, d’injustices fiscales, sociales, du simple fait qu’ils revendiquent une vie différente, une vie meilleure, des gilets-jaunes lanceurs d’alerte désormais virtuellement au placard, tous convertis à l’abstentionnisme, ils en ont par dessus la tête de ceux qui contraignent les « péquenauds de France » à rentrer chez eux par la force, par les coups, par détention en comparution immédiate, de ceux qui contraignent un peuple fatigué, usé, à retourner à leurs frigos vides, tout bonnement parce que les grands décideurs de la classe gouvernante sont trop couards pour se remettre en question, pour tout remettre en question, trop couards pour faire leur propre procès politique, trop couards pour reconnaître 40 années d’erreurs, de folies, de gabegies, de dilapidations tous azimuts, trop couards pour reconnaître l’état de dégradation du territoire, de la République, un monde à bout de souffle, un monde sans espoir, sinon cosmétique, un monde sans majorité de votants, un monde en perte de puissance, inexorable, vidé de ses énergies, vidé de ses créativités, un monde sans avenir, alors que le peuple a besoin de confiance à retrouver, un peuple demandeur de stabilité, de pérennité, mais un peuple dispersé, disloqué, à l’écart, tous acculés à la débrouille, son seul tort, avoir cru en une République modulable, adaptable au temps, juste, souveraine, à l’écoute des masses, ces masses en souffrance et qui le font savoir, si vite oubliées de la République, des médias, à qui l’on jette des cache-misères, seule solution miracle de sortie de crise, ces masses de France que les professionnels de la politique, ces carriéristes d’Etat à vie, qui se veulent grands honorables à toutes les sauces, qui changent d’avis comme de chemise, qui changent de camp comme de costume, qui jamais ne veulent voir leurs propres travers, leurs dysfonctionnements, leurs lâchetés, leur honte, leurs abus, tous partis confondus, leur suprématie, ils ne cherchent pas à comprendre les motivations des masses belligérantes, ils préservent leurs arrières, ils préservent leur statut, ils méprisent le peuple revendicateur, du fond de salons pourpres, ils caricaturent le peuple révolté, ils les traitent d’hooligans, aux indociles, au peuple indigné, au peuple contestataire, ils s’inventent une charte, des règles, ils s’inventent des échappatoires, alors qu’il s’agit d’un conflit de vision, au peuple sorti de ses gongs, ils s’idéologisent des droits supérieurs, ils les votent, les « sachant de France » gouvernent, majestueusement, ils vivent dans une bulle, un monde feutré, un entre-soi, ils se concertent entre eux, ils planchent entre eux, ils cherchent non pas les causes profondes de l’insubordination du peuple, mais à s’exonérer en qualifiant le peuple de révolutionnaire, de séditieux, de factieux, d’insurrectionnel, celui qui mène au désordre, le pays à sa perte, à sa ruine, alors que depuis des décennies, au nom d’un progrès mirifique, ils déstabilisent, ils fragilisent la société profonde, ils dilapident des millions d’emplois, des emplois souvent transmis de génération en génération, des millions de savoir-faire à jamais disparus, des savoir-faire vendus, livrés à nos propres concurrents – conséquences – des régions, des territoires, subitement sans ressource, subitement anéantis, désertés, aux décors fantomatiques, où la vie a soudain été stoppée, où la misère règne, des rues vides, des volets clos, des commerces éternellement à vendre, des villes, des départements, des régions à l’agonie, des coins de France que l’on cache, que l’on ne montre plus, que l’on fuit, tout comme le quotidien des multiples cités explosives faisant régulièrement les titres des médias, les décennies passent, ils ne remettent pas en question la nullité de leurs stratégies, quand ils se réunissent, ils se réunissent entre « sommités dans des salons dorés », ils se déclarent scandalisés, heurtés, offensés, ils font de grandes phrases, ils font la leçon, ils dictent la morale au peuple, peuple à bout, tout doit rentrer dans l’ordre, l’ordre dominant, l’ordre financier, l’ordre du mal-vivre, l’ordre déstabilisateur d’emplois, ils se déplacent bien gardés, ils voyagent avec chauffeur, ils vivent sans souci du lendemain, sans crainte, à la faveur de la grâce Républicaine, cette République qui protège ses carriéristes, cette République qui aime ses serviteurs, tous font aujourd’hui référence à De Gaulle, à son combat, lui le belligérant, lui le résistant condamné à mort en 1940, lui le révolté déchu de sa nationalité, ne retiennent que le Général libérateur, pas l’insubordonné, qui d’un revers de main balaie tous les interdits de la IV ème République, renverse la table, remet tout en question, tous font également référence aux paillettes de millions de touristes, un record mondial, des touristes sans cesse plus nombreux à visiter notre beau pays, la France, des gens venus admirer des quatre coins de la planète les innombrables joyaux de l’histoire de France, nos trésors de France, ceux de la capitale, du Château de Versailles, emblème d’un Roi Soleil, beautés des temps passés dont des moins fastueux mais d’importance égale, quantité méconnue, est livrée aux enchères, à la perdition, d’où le loto du patrimoine de France de Stéphane Bern, d’où des mécènes du monde entier au secours de sites emblématiques de France, une goutte d’eau au regard des incalculables chef-d’œuvres de France livrés à la dégradation, livrés à la ruine, une image en tous points concomitante à celle des cités livrées à l’inadaptation, à l’échec, un pays en perte d’éclat, cliché inverse d’une rutilante toute-puissance Républicaine, suprême, auréolée, où tout est gravé dans le marbre pour la nuit des temps, où tout est question d’administrations sophistiquées infranchissables, donjons imprenables où tout est raide, inflexible, où chaque mandat n’y change rien, certes, le petit peuple s’évade encore deci delà, une journée, un Weekend à la plage, une fois en juillet, une fois en août pour les plus vernis, ils créent des bouchons, ils remplissent les autoroutes, ils s’offrent une soupape de sécurité, ils s’offrent une récréation de quelques heures, « une vie de Château », contraire à leurs conditions, déplorables, dégradantes, quelques heures à la plage, les enfants heureux, une pizza en famille, une belle journée qui redonne goût à la vie, qui redonne espoir, cet espoir, ils y croient, ils gardent espoir, ils ont espoir, ils croient en un monde meilleur, ils croient en une vie meilleure, pour eux, pour leurs jeunes pousses, pour leurs ados, bientôt confrontés eux aussi à cette vie si compliquée sur terre, ils croient en une République meilleure, ils croient en une République plus juste, celle qu’ils appellent de leurs voeux, celle qui renversera les injustices fiscales, les injustices sociales.

    Gilets Jaunes Mantes.

  16. Association Gargenville Seine Vexin dit :

    Suite à la parution ci-dessus du commentaire « Gilets Jaunes » du 14/07/2020 à 16 h 16, intitulé « Une majorité de Gaulois réfractaires », la nature humaine étant ce qu’elle est, nous avons reçu d’un individu, farouchement anti Gilets Jaunes, farouchement anti RN, farouchement anti bar-tabac-PMU-Presse, farouchement anti associatif Gargenville Seine Vexin, farouchement opposé à une troisième liste au premier tour des municipales, hier inspiré d’un « esprit village », aujourd’hui chérissant la continuité politique Delpeuch/Bédier/Perron, passant d’un extrême à l’autre, d’où des interventions intensives sur les réseaux sociaux, souvent décalées, jusqu’à l’absurde, souvent inquiétantes, apparaissant de fait, comme une peur panique face aux situations de crises, passées, actuelles, vent debout contre celles et ceux qui pensent irrecevable toute élection sous la barre des 50% de participation, vent debout contre toute adversité de l’équipe Yann Perron, elle-même continuité des années 2010/2014 Delpeuch/Bédier, invétéré de continuelles contrevérités, invétéré de continuelles inversions des réalités, sans cesse brodées, sans cesse rabâchées; après concertation auprès du collectif associatif, nous reformulons ceci : La minorité n’a jamais en rien raison, la souveraineté, pleine et entière, appartient au peuple, l’assentiment au plus grand nombre, seul détenteur légitime de la souveraineté, puissance absolue de la République, ici en l’espèce, puissance souveraine qui ne peut-être garantie, exercée, que par extraordinaire incidence historique du plus petit nombre représentatif résultant de municipales conflictuelles (15 mars et 28 juin 2020), municipales en lien direct à un manque de puissance représentatif au bon fonctionnement de l’État, municipales elles-mêmes constituantes d’intercommunalités, intercommunalités elles-mêmes sorties du plus petit nombre constituant. On le voit, lorsqu’un État accorde le privilège d’une supériorité à une minorité, ce même État s’accorde nature à faiblesse, régression à l’autorité sans contradiction. Sans souveraineté du peuple, droit fondamental représentatif d’une nation, toute initiative que le peuple n’a pas adopté, toute initiative que le peuple n’a pas cautionné, même par exception des conditions, est nulle, sans valeur d’authenticité. Lorsqu’un pays, une région, un département, une communauté, une commune, vit sous minorité agissante, dans l’absence d’une maîtrise du peuple, sous conditions inférieures des 50% de participation, caractéristiques limites donnant qualité à la démocratie représentative, auquel cas, le peuple tombe dans un système idéologique non-représentatif, forcé, contraint, idéologie que l’on peut décrire comme suit : plus la souveraineté ne dispose pas de capacité à user du plus grand nombre représentatif, plus une nation se place en travers du droit à la souveraineté du peuple. D’où la liberté d’intérêt à agir des Gilets Jaunes et autres citoyens, soucieux de toute délégitimassion, dépossession du peuple.

  17. Théo dit :

    Scandale oui ! Car il fallait tout refaire ! Y’en a marre d’aller voter par défaut et de se retrouver avec un dirigeant pour lequel 60% de citoyens ont si intensément participé en restant chez eux ! Que valent ces suffrages ? C’est conforme ? Pas d’alerte ?

  18. Gaëtan dit :

    Ce n’est certainement pas l’équipe d’anciens « Delpeuch », ces élus déjà rejetés à deux reprises, que traine Gargenville depuis 16 ans, qui parviendra à créer autre chose qu’une ZAC et des OAP pour du béton à tout va ! Le fond du problème, c’est la lourde responsabilité qu’ils portent juste pour avoir imposé, signé, voté des milliers de logements dans le dos du peuple. Ne cherchez pas le plus petit avantage, y’en a pas !

  19. Anne dit :

    Protéger Gargenville ? Facile ! 1) Stopper le programme de constructions en cours, voté par les anciens « Delpeuch » de retour au pouvoir sur 40% de votants ! 2) Redonner du pouvoir au peuple par référendum sur l’ensemble des problèmes créés par les bonnet blanc et blanc bonnet. 3) Dans un premier temps, contraindre Calcia à respecter les règles environnementales (filtres, combustibles de substitution, stockage), dans un deuxième temps, avant la fermeture définitive de cette industrie lourde aujourd’hui à proximité d’une zone urbaine !

  20. Escroquerie intellectuelle ? dit :

    Le bilan de la ZAC Porcher est catastrophique pour le cadre de vie et l’image de Gargenville. Dans son dernier tract la veille des élections, Yann Perron éclaire une partie de ses véritables intentions en déclarant qu’il est là pour mener à terme le ghetto Porcher. Voilà le véritable programme en cours des repeints en vert !

  21. DURDUR dit :

    Rocambolesque ! Il paraît que Yann Perron flanqué de ses amis « Delpeuch » va mettre le turbo sur le ghetto Porcher ? Il ne s’agit donc pas de braves élus dévoués à la cause de Gargenville, mais bien de la continuité « Delpeuch » pour des milliers de logements ! Le face à face n’a été qu’une comédie.

  22. Yves dit :

    Le cynisme et la tromperie sont en place ! Maintenant le problème est de faire oublier qu’ils sont élus sur 40% de votants et 30% des inscrits, soit 70% d’électeurs qui n’ont pas voté pour eux ! Plus grave, ils annoncent que la bérézina du site Porcher va se poursuivre selon le programme qu’ils ont voté en 2013. Cette équipe suscitait déjà un gros malaise, mais là c’est le pompon !

  23. Magalie dit :

    Quand on voit toutes les magouilles en sous mains, je ne vois plus aucune utilité d’aller voter, surtout pour du pareil au même ! Cette commune doit rebâtir un patriotisme communal, quelque chose qui prenne en compte les intérêts supérieurs de la ville, au lieu de prévaloir les intérêts politiques de Pierre Bédier.

  24. William dit :

    Ah Ah Ah, voilà une équipe qui veut nous donner des leçons de dignité mais qui a été élue sur 40% de votants dans une situation douteuse… Dans ces conditions je ne vois pas comment ils vont pouvoir tenir pour finir leur ghetto Porcher !

  25. David dit :

    Je vous avoue que j’ai du mal à comprendre que 30% d’électeurs puissent encore voter pour le savoir faire local d’un béton à tout va. Tous ces gens savent vraiment de quoi il s’agit ? Et si vous en parlez, ah mais c’est l’Etat qui l’impose ! Décidément à Gargenville on est loin des vérités !

  26. Annick dit :

    Pour cet article qui remet bien les pendules à l’heure, il faut voir maintenant jusqu’à quel point les Gargenvillois sont manipulés. Pour faire revenir un autre état d’esprit, on voit bien que ceux d’hier ne peuvent convenir, ils sont les principaux responsables !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Connexion