logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Rangiport, un lieu que l’on fuit !

jean Lemaire honneur à notre maire

 

Honneur à celui qui fuit son quartier chéri, à celui qui montre l’exemple, à celui qui délaisse ses « compagnons » d’infortune, son électorat, à celui qui nous préconisait un fabuleux « Restons Village », à celui qui nous empoisonne de collectifs sans démocratie participative, à celui qui fait ses valises pour un lieu plus romantique tout près de l’Orangerie, à celui qui prétendait bénir « ses » ouailles…

Poser les vraies questions…

C’est la manière dont on vit qui est importante…

Bingo ! Restons-Village ça existe, mais dans un coin reculé d’Hanneucourt… En quittant Rangiport pour rejoindre un nid douillet au bord de la coulée verte d’Hanneucourt, où les arbres abondent, où les oiseaux gazouillent, où les chevreuils et quelques sangliers apparaissent encore de temps à autre, où le seul bruit d’un ru au pied de l’originale propriété rompt le silence du hameau, Jean Lemaire est devenu incompatible avec la priorité des électeurs de Rangiport, des électeurs confiants, des électeurs qui ont voté en masse en faveur du « compagnon » d’infortune, des électeurs réceptifs aux promesses de leur champion, ce proche voisin enraciné et partageant un même combat Calcia/Porcher, à savoir, des électeurs conscients de l’enjeu principal de la ville qui s’était vu très « ré-impacté » par la politique de l’OIN de Nicole Delpeuch en 2010/2014…

A tous ces sincères investisseurs d’un « Restons Village »… Honneur à notre maire répondait-il planté au milieu de ses salades le 1er avril 2014… Le ton était donné !!!

 

Lapin magicien 5

Puis vînt très vite l’instantané changement de pied une fois le mandat en poche, la Camy, la 4ème vice-présidence, deux évènements clés qui sont identifiés comme des coups de poignard dans le dos à tous les soucieux de la qualité du cadre de vie de Rangiport… sans oublier les autres quartiers de la ville eux aussi désormais impactés…

L’inverse de ses engagements a ensuite confirmé une imposante cité Porcher où s’entasse contre toute attente 106 logements sociaux sur un même lieu de vie, le tout en prenant le biais d’un aspect plus esthétique, plus chatoyant, mais bien dans le concept d’un terrible « ghetto » de 200 m de longueur – une barre infinie où s’accumule une semblable souffrance d’une centaine de familles désormais vouées à subir le résultat des tricheries politiques du « fuyard » de Rangiport, celui qui déserte son quartier de « prédilection » une fois les déloyautés et les dictats accomplis (simple débandade d’un secteur gangréné par JL et son impact sur la ZAC), cette zone voulue entassement social contre l’opinion public, un procédé déloyal associé aux difficultés Calcia et aux nuisances routières, ce qui aboutit à un gouffre financier et à la décote de Gargenville…  

Pas de « Restons Village » à Rangiport ! Mais des bâtiments à tout va et un étonnant repli de l’édile à cent lieux de ses inadmissibles contraintes sur Porcher…  

Au fait, que devient la pancarte historique ??? Un pied de nez pour les riverains ???

Que réclame le peuple ??? Après les portes ouvertes du « blockhaus-Porcher » et l’instructive visite d’un entassement « béton » de 106 logements sociaux, à quand les portes ouvertes de la vaste résidence du grand bénéficiaire du 30 mars 2014…???

Visite guidée du manoir : Plusieurs attractions… super terrasse et grand espace plein sud, vue idyllique sur le Château et le chemin Napoléon, promenade au vert dans le joli parc… A l’unanimité, vivement la fête de la crémaillère et les prochaines invitations aux habitants de Rangiport ! MoralitéC’est drôle, on a comme la sensation d’être pris pour des cons !

 

LE 17/04/2016/ASSOCIATION GARGENVILLE SEINE VEXIN

 

Le courrier

Publié le : 14/04/2016 à 12:11

Calcia grève 2

 

 Calcia grèveMouvement de grève chez Calcia

Pas d’intéressement ni de prime de participation pour les salariés.

Publié le : 14/04/2016 à 12:11

Mouvement de grève chez Calcia

Une vingtaine de camions attendait déjà vers 11 heures de pouvoir accéder au site Calcia.

Depuis 5 heures ce jeudi matin 14 avril, l’accès à la cimenterie Calcia de Gargenville est bloqué. À l’appel de l’intersyndicale (CGT, CFDT, CFE CGC), un mouvement de grève reconductible au niveau national a été lancé pour réclamer le versement d’une prime de 1 500 euros à l’ensemble des salariés. Cette réunion fait suite à une annonce faite par la direction aux représentants du personnel le 8 avril. “On nous a informés qu’au titre de l’année 2015, nous n’aurions ni intéressement, ce à quoi on s’attendait, ni participation, ce qui l’est moins, raconte Pascal Gaumer, délégué CGT du site gargenvillois. La direction nous a proposé une prime de compensation de 150 euros sur nos salaires d’avril. De qui se moque-t-on ! Le groupe a fait 46 millions d’euros de bénéfice l’an passé.”

Selon le délégué syndical, en lien avec les autres représentants du personnel à travers la France, “100 % des sites suivent le mouvement et 80 % des salariés sont en grève”. À midi, une vingtaine de camions attendait déjà, le long de la rue Victor-Hugo, de pouvoir accéder au site. “On ne lâchera rien”, poursuit Pascal Gaumer. D’ailleurs, le mouvement a été reconduit vendredi  pour 24 heures  supplémentaires avec un préavis qui court pour les jours suivants.

Les grévistes bloquent l’accès depuis 5 heures du matin.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Connexion