logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Limay, trois adjoints « remerciés »…

Eric Roulot Limay

Limay. Eric Roulot, le maire (PCF), assume la destitution, votée mercredi soir par le conseil municipal, de trois de ses adjoints dissidents. Ces élus, qui demeurent conseillers municipaux, ont aussitôt formé un groupe d’opposition avec trois autres transfuges de la majorité municipale. (LP/M.G.)

Trois adjoints au maire destitués par le conseil municipal à Limay

Hendrik Delaire | | MAJ :

 « EN critiquant ouvertement les décisions prises de manière concertée par la majorité dont ils faisaient partie, ils se sont exclus de fait. » Eric Roulot, maire (PCF) de Limay assume sans sourciller la destitution de Servane Saint-Amaux, François Maillard et Mickaël Boutry de leurs mandats d’adjoints au maire.

Une éviction qui a été votée par 22 voix contre 6 par lors du dernier conseil municipal.

Ces trois élus qui étaient membres de la majorité municipale d’union de gauche (PCF, DVG, PS) ont été écartés pour « des comportements contraires à l’opinion majoritaire du groupe ».

A l’origine de la brouille un désaccord sur l’adhésion des conseillers communautaires élus par la commune, au groupe Démocratie et solidarité, présidé par François Garay, maire (DVG) des Mureaux à la communauté urbaine du Grand Paris Seine et Oise (GPSO), ainsi que la participation d’Eric Roulot à l’exécutif de GPSO. « Nous ne voulonspas soutenir les projets de la majorité de droite à la communauté urbaine », assène Servane Saint-Amaux.

S’ils ne sont plus membres de l’exécutif, les trois élus qui demeurent conseillers municipaux ont aussitôt formé un groupe d’opposition dénommé « Elus à l’écoute des Limayens pour l’égalité et plus de solidarité », suivis par trois autres conseillers municipaux dissidents de la majorité, parmi lesquels Jacques Saint-Amaux, l’ancien maire (PCF) de la ville. En décembre 2014 déjà, ces trois élus s’étaient vus retirer leur délégation d’adjoints au maire suite à un désaccord au sujet de la mise en place du Pôle de prévention tranquillité.

12 thoughts on “Limay, trois adjoints « remerciés »…”

  1. seo dit :

    Merci pour cet article

  2. en bateau dit :

    C’est trop cool. Moi, perso, je suis opérationnel.

  3. Kelly dit :

    Limay, trois adjoints « remerciés »… | Association Gargenville Seine Vexin merci. Aujourd’hui on voit ce que Eric Roulot à dans le ventre. J’espère pour lui qu’il a déjà prévu ses bagages et tchao l’enfoiré !

  4. Linda dit :

    Le licencieur licencié ? Avec son histoire de règlement de compte à OK coral, on dirait que le destin vient de se retourner pour Eric Roulot… « Eric Roulot, maire (PCF) de Limay assume sans sourciller la destitution de Servane Saint-Amaux, François Maillard et Mickaël Boutry de leurs mandats d’adjoints au maire. Une éviction qui a été votée par 22 voix contre 6 par lors du dernier conseil municipal du 16 février 2016″. Pour un clin d’œil à Jacques Saint Amaux, et si sa fille prenait la place ?

  5. Yvon dit :

    Eric Roulot se prend pour le shérif de la contrée ? Qu’ils soient de n’importe quel parti, tous ces élus ont perdu le sens de notre république. Les gilets jaunes ont raison, il est temps de faire le ménage !

  6. Krista dit :

    Un sacré boxeur ce Eric Roulot, un champion, à 3 sur un retraité de 80 ans ça mérite d’être réélu au 1er tour !

  7. Kristel dit :

    Après avoir remercié trois de ses adjoints, est-ce que le boxeur Eric Roulot va être remercié à son tour ?

  8. Joann dit :

    Ah quand même ! Ça cogne dur à la mairie de Limay ! Mais un boss qui frappe les petits vieux ça la fout mal !

  9. Jacquin dit :

    Eric Roulot, lui qui a si bien remercié ses adjoints, j’espère qu’il va être remercié pour ses talents de boxeur !

  10. Joann dit :

    … | Association Gargenville Seine Vexin, c’est dans combien de temps que le combattant de Limay passe en jugement boulets aux pieds ? :)

  11. Christine dit :

    Des coups et un coup de force ! 18 mois avec sursis et pas d’inégibilité, on dirait qu’il s’en tire pas trop mal notre irascible maire de Limay. Évidemment tout le monde n’a pas cette chance, il n’a plus qu’à se représenter pour le plus grand bonheur des petits vieux de la ville et repasser maire comme si de rien n’était.

  12. Alicia dit :

    Voilà ce que j’appelle une justice à deux vitesses. Les gilets jaunes passent en comparution immédiate pour un max, et le boxeur maire de Limay passe en différé pour la broutille d’un sursis. Vivement que ça recommence !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Connexion