logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Les départementales …

CIMG5081 Jean Lemaire

Jean Lemaire : Plus qu’un échec, un revers !

 

Bilan de la tentative : Un avant… Un après…

Un avant… C’était hier, c’est-à-dire le 30/03/2014, et Jean Lemaire tel un champion devant Nicole Delpeuch, surfait sur la vague des 1701 voix, mais rien pour les 45% de Pierre-Marie Darnaut ! La belle affaire pour les électeurs. La belle affaire pour la ville.

Pourtant, la veille du 30 mars 2014, tout se présentait sous les meilleurs auspices pour que la résurrection de l’ex-premier dauphin de la belle époque d’André Samitier – puisse s’attaquer aux mécaniques de Nicole Delpeuch, qui, depuis 10 ans, détruisent la tradition politique de Gargenville (deux épisodes à ne pas oublier – 2004-2008 – et 2010-2014).

Que s’est-il passé ? Rien d’autre qu’une découverte !

La vérité éclate ! Deux fois bien servi, deux fois déloyal !

Déloyal en 2001 avec André Samitier ! Déloyal en 2014 avec Pierre-Marie Darnaut !

Dans les 2 cas, une moralité écœurante pour s’offrir l’illusion d’une suprématie locale.

Une peau de banane à Samitier en 2001 ! Un bras d’honneur à PMD en 2014 !

Pourquoi ?  Enfin maire ! A moi le pouvoir ! A moi tout le pouvoir ! (Tout refus démocratique mène à une monarchie !) Au lieu d’apporter une stratégie d’union contre les terribles décisions imposées par Nicole Delpeuch, Jean Lemaire s’approprie seul la victoire électorale pour empêcher la liberté d’un partenariat local !

L’OIN ou la démocratie ? Le résultat ne s’est pas fait attendre, la cacophonie a fait place à une 2ème faveur à l’OIN, mieux, derrière un clan inopérant et un mandat vidé de sa substance, Jean Lemaire dépasse l’esprit de conception de Nicole Delpeuch, notamment en signant 106 logements sociaux le 11/07/2014 (au lieu des 74 prévus en 2013, eux-mêmes frappés d’un recours au tribunal administratif jusqu’au 09/09/2014), un revirement qui a tué le combat Porcher, les élections, le partenariat, la démocratie.

Pour l’OIN, c’est une victoire…! Mais avec la Camy, l’Epamsa en attend davantage !

Quant au collectif de l’opposition (auquel tenait tant Jean Lemaire de 2010 à 2014), c’est de la haute trahison, (mais une trahison très efficace pour ouvrir les portes à la stratégie de l’OIN), historiquement votée conjointement par Nicole Delpeuch et Jean Lemaire le 22 juin 2007, le tout sous le mandat Samitier, ce qui laisse apparaître d’une part une machination, d’autre part une préméditation aux dépens de la population.

Sachant que M. André Samitier a toujours été farouchement contre ce genre de politique à Gargenville, et que Jean Lemaire s’est outrageusement servi du nom « Samitier » de différentes façons, il trace ainsi une constante volonté à tuer l’œuvre « Samitier ».

Ouvrons les yeux, après avoir rabattu les oreilles des électeurs contre la Camy pendant des années, une fois maire, un 1/2 tour et hop Jean Lemaire épouse la communauté de Mantes en endossant le costume du 4 ème vice-président. Génie ou trahison ? La réponse se trouve où ? A l’urbanisme de Gargenville ! A l’urbanisme de la Camy !

A l’avenant, soucieux de tourner le dos au collectif de l’opposition et à son partenariat, une fois maire, sans débat, sans concertation… Jean Lemaire décide de s’attaquer au patrimoine immobilier et foncier de la commune, mais uniquement dans l’objectif de combler le gouffre financier dont il est seul responsable du désastre.

Une mesure inouïe, mais également une mesure tout à fait déloyale contre l’épargne engrangée par André Samitier, contre le sens des élections, mais une mesure qui rejoint la convention de l’OIN de 2007 (vote conjoint de Jean Lemaire et Nicole Delpeuch).

Les révélations de Jean Lemaire sont un cauchemar pour Gargenville.

 

Deux visages politiques : Un hommage à André Samitier… mais sans plus… mais contraint/forcé… mais des invités sélectionnés… Puis le coup de tonnerre des 100 000 tonnes/an de déchets supplémentaires (déchets ultimes), votés dans un tour de passe-passe acrobatique en ignorant le travail fondamental réalisé par André Samitier auprès du Conseil Général des Yvelines…. il y a de cela 25 ans ! Encore une peau de banane !

La création du Parc du Vexin a été à l’époque un travail de ténacité de longue haleine, les élus des villes/villages du canton protègent le Parc autant qu’ils le peuvent, mais pas Jean Lemaire (en totale contradiction avec l’histoire du Parc dans sa politique du pire).

Résultat des élections…

Cécile Dumoulin et Guy Muller (binôme UMP), ont du pain sur la planche avec le dossier Calcia, (projet d’une carrière dans le Parc du Vexin à Breuil en Vexin + l’usine obsolète ultra polluante à Gargenville). Le tout dans une volonté de déplacer/maintenir deux intoxications régionales qui ne devraient plus avoir lieu depuis la prise de conscience du réchauffement de la planète, la guerre du CO2, ou encore, la chasse aux particules fines.

Beaucoup de soutiens de l’UMP proviennent du Parc Régional du Vexin, logiquement, nous devrions donc voir le binôme UMP réclamer le droit à la santé au pollueur Calcia…

En France, depuis des années, les automobilistes pollueurs sont condamnés, un contrôle technique est exigé, quand est-il des industriels grands producteurs de CO2 ?

 

 

L’après : Pas de plébiscite pour Jean Lemaire, mais un total rejet !

 

Les chiffres : 1701 voix le 30/03/2014… 595 voix le 22/03/2015 !

 

 

Quand 1100 voix tombent, le fief est perdu !

Une lourde défaite ! Entre les deux élections, douze mois, mais des révélations qui font froid dans le dos ! Le plus calamiteux reste l’ingratitude cultivée autour d’un petit clan qui joue la carte d’un maire 1er de la classe (vœux 2015 hyper pharaoniques), au lieu d’incarner la simplicité du choix des urnes. Un posture plutôt minable qui repose sur une minorité en survivance. Mais attention au retour de manivelle !

Après la révélation de 2001 (divers torchons contre Samitier), c’est la confirmation en 2014 ! Un côté mauvaise foi prédomine chez Jean Lemaire ! La récidive du mal semble profonde, tellement que les valeurs adaptées aux enjeux n’ont pas freiné la deuxième déloyauté qui ruine la crédibilité du pouvoir exécutif, ainsi que le mandat.

 

Quand un maire banni son socle sur fond d’injustice électorale (pour imposer une politique à contre courant du choix des urnes), c’est la ville toute entière qui est touchée de plein fouet !

Lorsqu’on choisi l’injustice et la déloyauté, à quoi bon une bénédiction ? Au-delà de la raclée électorale, s’il fallait une démonstration de la bonne foi des électeurs, chacun sait aujourd’hui que la forte progression du 30/03/2014 était uniquement due à l’appel Républicain de Pierre-Marie Darnaut, une prouesse que Jean Lemaire n’est pas prêt de revoir dans les urnes ! Reste maintenant à éclaircir le détournement de Gargenville !

 

LE 02/04/2015/ASSOCIATION GARGENVILLE SEINE VEXIN/droit à la démocratie.

 

Connexion