logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Gargenville bascule dans l’austérité

Brocante de Gargenville

La commune est en lambeaux !

16 juillet 2015 14 h 09

La soutenabilité de la dette Porcher reste une question fondamentale. En augmentant nos impôts de 20%, et en supprimant une partie des garanties communales par la vente de son patrimoine immobilier, Jean Lemaire fait-il preuve d’un gage de sérieux ?

Dès la rentrée, les Gargenvillois contribueront malgré eux à hauteur de 6 millions d’euros.

Spécial vacances : Profitez de votre temps libre pour tout savoir sur votre commune, bonne lecture.

 

C’est la fin d’un suspense… Nous entrons dans une politique de rigueur !

La vérité éclate, seize mois après son élection, l’infidélité politique de Jean Lemaire coûtera très cher aux Gargenvillois…

Le problème est toujours Porcher, au lieu de laisser le peuple décider de lui-même, Jean Lemaire s’est résolu à poursuivre le principe de l’Epamsa, ce ne sera plus un groupe scolaire à 10 millions d’euros, mais à 6 millions d’euros.

Evidemment c’est moins que les 10 millions de Nicole Delpeuch, tant mieux, mais cela reste insupportable et inadmissible pour Gargenville.

« Payons 6 millions » ! C’est un mur ! Une épreuve de force considérable ! Pour payer cette somme, il n’y a jamais eu de démocratie participative à Gargenville, donc pas de référendum local, pas de liberté décisionnelle par le peuple comme il était espéré, par contre, après huit années « Delpeuch », il nous faut encore subir un effroyable double jeu de la part du nouvel édile.

Une fois dans le fauteuil, Jean Lemaire a renié les 45% de l’électorat de Pierre-Marie Darnaut. Résultat : Il n’y a pas de sécurité démocratique à la mairie de Gargenville ! Bilan électoral : On revient à la case départ ! Ce n’est plus Mme Nicole Delpeuch qui pilote la mairie, mais le danger reste le même.

Nouveau gage d’un dessein Porcher, une offrande à l’Epamsa, au Préfet : Ô miracle… Depuis avril 2014, le projet reprend de la vigueur ! Jean Lemaire a signé une forteresse de 106 logements sociaux dès son arrivée à l’Hôtel de ville ! Du génie à l’état pur !

Politiquement, Jean Lemaire s’est lui-même condamné, personne de sa majorité (un partenariat de 45% avec Pierre-Marie Darnaut), ne lui a suggéré de signer ce blockhaus de 106 logements sociaux sur un seul petit périmètre Porcher.

Imaginez le risque du rassemblement social d’un minimum de 350 personnes au même endroit à Gargenville. C’est à dire que M. Jean Lemaire signe le contraire de ce que tous les Gargenvillois ne voulaient surtout pas voir acté sur la commune.  Avec lui, fini le bien-être de la ville ?

Pour parvenir à tout dominer sur Gargenville, un repli sur soi, pas d’ouverture. Le soir même des résultats du 2ème tour, Jean Lemaire s’est affranchi de la démocratie participative de PMD, celle là même qui revendiquait le projet d’une nouvelle forme de vie sur Porcher par souveraineté du peuple, évidemment aujourd’hui on en est loin !

C’est une contrainte qui en dit long, parce que c’est avoir mis en place le climat d’un totalitarisme, une petite cour, des courtisans, un seul décideur, une seul maître à bord, et le roi est élu – et ce positionnement anti-démocratique a complètement détourné les vraies valeurs des élections du 30 mars 2014. La suite n’est qu’une apothéose de tromperies et de contournements, et pour cause !

BILAN PORCHER : Le choc ! On rentre dans une austérité ! Les sanctions tombent ! Il faut payer les 6 millions du groupe scolaire !

Au cœur d’une paralysie de l’économie du pays, d’une recrudescence des faiblesses sociales, d’un chômage en hausse constante, d’un gel des salaires… Il faut encore se serrer la ceinture pour payer toutes les stupidités des cosignataires de l’OIN de 2007 ??? On rêve !

Mais pourquoi aujourd’hui c’est aux Gargenvillois de payer ?

Depuis 2007, nous avons à faire à une bévue incroyable d’une espèce de troïka régionale, doublée d’un entêtement jusqu’au-boutiste des principaux acteurs, aussi bien de la part de Nicole Delpeuch flanquée de son inséparable OIN, tous deux ont utilisé des considérables contraintes pour parvenir à leurs fins à Gargenville, quant à  Jean Lemaire, il vient de porter l’estocade aux dernières chances d’un référendum local qui pouvait tout modifier.

En 2007, nous étions encore dans une économie favorable, une croissance stable, mais les temps ont bien changé, la crise est passée par là, aujourd’hui les caisses sont partout quasiment vides, s’il arrive, le CDOR ne sera jamais celui escompté, l’Epamsa n’est plus en mesure d’en supporter davantage, et l’Etat ne peut plus lui venir en aide comme auparavant.

Il faut donc une solution pour sauver la situation ! La réponse a tout de suite été trouvée, Jean Lemaire partage la dette en deux, ce sera 20% pour la population, et 40% sur les biens communaux !

N’oublions pas qu’en 2007, Nicole Delpeuch et Jean Lemaire ont été les artisans de la convention OIN à Gargenville, une énorme erreur politique de l’époque, alors qu’il y avait un autre tournant à prendre, celui-ci beaucoup moins risqué pour les Gargenvillois, une possibilité qui aurait évidemment conservé le statut de bien-être de la commune, tout en générant un profit non-négligeable.

Mais Mme Nicole Delpeuch n’a rien voulu savoir, tout simplement parce qu’elle est habitée par un côté « assurance garantie » de l’administration OIN, et Jean Lemaire a suivi.

Tous deux étaient alors persuadés d’avoir fait le meilleur choix politique pour Gargenville, tout bonnement parce qu’aucun des deux n’a jamais été capable de visionner autre chose. C’est tellement facile et réconfortant de se croire bien à l’abri dans une convention OIN… Mais voilà, le vent a tourné, et la convention OIN coûte aujourd’hui la bagatelle de 6 millions d’euros aux Gargenvillois.

Voilà en gros l’histoire de la dette Porcher, tout a commencé par des tractations sur les 25% de logements sociaux, ces approches ont abouti à un désastre incroyable – et cela provient d’un manque d’autonomie de la commune – soit par Nicole Delpeuch maire, soit par Jean Lemaire dans l’opposition, c’est à dire par « nos » deux cosignataires de l’OIN de 2007.

Pour Jean Lemaire qui est tombé dans le fauteuil de maire comme l’Euro Millions vous tombe dessus…

Il faut maintenant résoudre les Gargenvillois à payer la note Porcher, c’est à dire six millions !

Une seule cartouche était disponible !

Faire croire à la fatalité d’une conjoncture défavorable, puis faire voter les 20% d’augmentation par sa petite minorité communale !!! Dans la foulée, faire adopter les ventes du patrimoine communal !!!

Pour autant… est-ce que le tour de passe-passe a été aussi bien mijoté que cela ? C’est délicat de s’avancer maintenant, car la plupart des colistiers de Jean Lemaire ignorent la situation réelle des tenants et des aboutissants !

Pour le moment, c’est FACILE d’utiliser un conseil municipal de cette façon, mais comment faire autrement quand on ne veut pas de démocratie participative pour le plein pouvoir. Piloter seul pour décider seul à de grands inconvénients, parce qu’évidemment il n’y a qu’un seul donneur d’ordres, un seul et unique responsable, et l’anxiété guette quand il n’y a qu’un seul pilote dans l’avion !

La réalité : Qui peut tomber amoureux d’une augmentation des impôts et d’une dilapidation du patrimoine communal ? On vous le donne en mille… L’équipe de Jean Lemaire !

Pourtant Jean Lemaire sait qu’il joue très serré, 595 voix aux élections départementales 2015, et une faillite Porcher au bord de l’implosion sur les bras. S’il ne trouvait pas rapidement les moyens de faire payer les 6 millions du groupe scolaire, la poursuite du projet Porcher s’en trouvait paralysée. Comment se sortir de ce piège sans trop de dégâts ??? Surtout quand on a sur le dos le Préfet et l’Epamsa qui s’impatientent…

Une seule issue, diviser le montant de la faillite en deux, 20% d’augmentation des impôts à pomper aux Gargenvillois, et 40% à récupérer par le biais des ventes des biens communaux ! Bingo ! Merci braves Gens ! Merci M. Samitier !

Mais jusqu’où ira-t-il ? Jusqu’où en a-t-il le droit ? Que nous restera-t-il d’ici peu ?

Question : Que font tous les colistiers de Jean Lemaire ? Il n’est pas interdit d’ouvrir les yeux une bonne fois pour toutes ! C’est même obligatoire !

La baisse de la dotation de l’Etat à bon dos, les pénalités des logements sociaux également, finalement, le prétexte de la conjoncture nationale peut aller jusqu’à tout permettre à Jean Lemaire ??? Ce bouclier va tenir combien de temps ???

Suivant son raisonnement, et dans le cas des 10 millions d’euros de Nicole Delpeuch, pourquoi pas des mesures à 50% – puis la vente totale des biens communaux ??? De cette façon, la ville et les Gargenvillois seraient complètement anéantis, une ruine totale grâce au projet Porcher !!! Dans ce monde d’argent facile, pour éviter la dette, faut-il se préparer à fuir définitivement Gargenville ???

Hélas, c’est déjà ce que font beaucoup de nos concitoyens, ils plient bagages ! D’ailleurs, certains d’entre eux nous disent qu’ils sont poussés vers la sortie.

Pour arriver à faire passer la pilule au conseil municipal, c’est très facile, il suffit simplement d’expliquer à l’équipe de Jean Lemaire, qu’il y a nécessité urgente à remplir les caisses de la commune; d’où une obligation de brader le patrimoine immobilier, et de pomper les comptes bancaires des Gargenvillois.

Le moyen de les convaincre ? Encore facile ! Vous leur dîtes que c’est de la faute de la baisse de la dotation de l’Etat – et de la faute des équipements communaux qui sont conçus pour une ville de 20 000 habitants »…

Et voilà, le tour est joué, tous les conseillers de Jean Lemaire sont interloqués et restent bouche-bée devant les énormes difficultés qui les dépassent, puisqu’ils sont au courant de rien. Ensuite, tous sont fins prêts à suivre l’heureux élu de Rangiport comme des petits écoliers à la maternelle… C’est à dire que M. Jean Lemaire reprend les vieilles méthodes de Nicole Delpeuch dans ses conseils municipaux entre 2010 et 2014, mais pas seulement… nous y reviendrons.

Voilà aussi comment la faillite de Gargenville a été cuisinée pour être dissoute par une braderie des biens communaux et une augmentation de 20% des impôts. Quelle aubaine fantastique pour noyer le poisson des 6 millions sur Porcher ! Décidément, au royaume des aveugles le borgne est ROI soleil !

Remarquez comme sur chaque intervention de la mairie, deux mots d’ordres sont présents, le premier, flouter les réalités, et utiliser tous les moyens pour dissimuler des vérités aux Gargenvillois, le second, cloisonner, et régner dans un tout petit monde restreint. Une situation irréelle comme celle-ci, ça s’entretient, ça demande du temps, mais cela reste l’édifice d’un château de cartes, alors savoir manipuler au quotidien pour tout contrôler, c’est vraiment un métier en politique !

Exemple : Pour un prix équivalent (à vérifier)… On nous dit plus de bulletins… Mais pourquoi faire ? Plus de bulletins municipaux = plus de dissimulations ? Ou bien, plus de numéros = plus de sournoiseries ?

A voir les pubs de Jean Lemaire étalées dans le magazine, qui sera le véritable bénéficiaire ? Les lecteurs ou la rédaction ?

Est-ce que M. Jean Lemaire pense vraiment qu’on peut toujours manipuler le peuple de Gargenville comme ça, lui, qui soulevait ce problème d’opacité de Nicole Delpeuch avec tant de hargne en 2013 ???

C’est via ce contexte tordu que l’on a de la peine à découvrir la réelle source de la bévue de 2007, celle qui occasionne la dette des 6 millions du bilan Porcher, à payer dès la rentrée 2015.

Pour régler la note, la décote de Gargenville sera de grande envergure, il ne peut plus en être autrement puisque M. Jean Lemaire s’est séparé de la démocratie participative qui l’a fait élire, c’est à dire, celle qui aurait pu étancher une partie de Porcher, d’où évidemment le rejet du référendum local à Gargenville par Jean Lemaire – parce qu’il ne veut surtout pas que toutes ses bourdes se sachent.

Ce qui veut dire que le concept politique voté conjointement par Nicole Delpeuch et Jean Lemaire en 2007, sera bien appliqué sous le mandat Jean Lemaire, mais petit à petit, dans la fourberie, même si c’est la plus grosse erreur politique jamais conclue contre l’intérêt général de Gargenville… c’est à dire qu’on reste dans un total entêtement inconsidéré, parce qu’à ce stade de pourrissement, il fallait faire intervenir le peuple comme soupape de sécurité !

A l’évidence, avec Jean Lemaire, on reste dans un attachement viscéral à l’OIN, tout comme le sera toujours Nicole Delpeuch, sinon, « nos » deux compères auraient déjà fait parler le peuple de Gargenville depuis longtemps !

Donner au peuple le droit de décider par lui-même, c’est ce qu’ils ne veulent surtout pas voir à Gargenville, parce qu’ils pensent encore qu’ils vont pouvoir cacher l’essentiel à la population. 6 millions à payer, mais aucun responsable !

Mais alors sur qui rejaillit la faute des 6 millions ? Evidemment sur Nicole Delpeuch et sur Jean Lemaire cosignataires en 2007 ! Dernièrement, plus précisément sur Jean Lemaire qui s’est octroyé le droit d’empêcher une démocratie participative par référendum local, alors que tout était encore possible au printemps 2014, mais par un extraordinaire fait du roi, Jean Lemaire a décidé du contraire, et il a mangé son chapeau !

Entre le Préfet, l’Epamsa, et Jean Lemaire, il y a bien sûr la réalité de manœuvres politiques pour contourner le désidérata de l’électorat de Gargenville, évidemment aussi pour libérer le chantier Porcher dès le mois d’avril 2014, car celui-ci souffrait d’un blocage depuis deux ans, dans le même temps, il y a également l’accord d’un engagement politique à amener la population de Gargenville à payer les 6 millions contre leur gré.

Cela fait beaucoup de contraintes pour un Jean Lemaire isolé, alors sa vision de l’intérêt général, ce sera aux Gargenvillois de régler dès la rentrée 2015, toutes les âneries des cosignataires de l’OIN de 2007, et ceci grâce à la seule décision de Jean Lemaire qui est en totale contradiction avec l’appel Républicain de PMD, c’est à dire, 45% des suffrages déposés dans les urnes !!!

Le revers de la médaille ne s’arrête pas là, cette fois, le côté mirifique d’un paradis Porcher a complètement disparu – en réalité – nous aurons bien une ardoise de 6 millions à payer – et pour débuter Porcher – nous aurons bien 106 logements sociaux par un modificatif de Jean Lemaire, c’est un troc qui a été consenti au plus haut niveau départemental, du donnant-donnant, six classes de moins sur le groupe scolaire, mais 106 logements sociaux tout de suite à l’ouverture du chantier.

Après on verra, d’abord le deal des 6 millions à faire digérer par les habitants de Gargenville. S’il n’y a pas trop de casse – si on s’en tire pas trop mal – alors on pourra continuer le troc des 60 000 m2 actés par Nicole Delpeuch en 2012.

Pour l’instant, il faut éponger les 6 millions au plus vite, ne serait-ce que pour libérer le droit à construire des permis déjà accordés, et ceux à venir.

Dans ces conditions, vous comprenez bien que M. Jean Lemaire n’a jamais eu l’intention d’un référendum local, encore moins d’une participation démocratique des 45% de PMD, au contraire, il a parfaitement joué la comédie aux électeurs en 2014, pour lui, maintenant le peuple n’a plus rien à dire, tout simplement parce qu’il a le mandat en poche ! Quand on regarde la déloyauté des élections, venant de sa part, c’était prémédité !

Jean Lemaire peut ainsi trôner à l’Hôtel de ville pour imposer tranquillement des mesures injustes avec l’Epamsa, comme il veut, quand il veut, et du haut de son perchoir stratosphérique !

Disons-le carrément, nous sommes face à un redoutable étau politique doublé d’une banqueroute Gargenvilloise – un scoop qui ferait grand bruit si l’ardoise des 6 millions n’était pas épongée par une augmentation des 20% et l’engloutissement des biens communaux… Voilà où on en est sur le paradis Porcher ! Des mensonges, des fourberies, et une ardoise de 6 millions à payer !

Le gouffre est énorme… Nous sommes face à un puits sans fond ! La bombe financière de l’OIN aura mis du temps à exploser – mais voici qu’elle éclate pour de bon à l’été 2015… En vérité, le crash des 6 millions est devenu plus fort que tout le reste, parce qu’il est désormais identifiable sur la feuille de nos impôts !

Plus rien ne peut plus être dissimulé, ni la responsabilité des cosignataires de 2007, ni la possibilité d’un lotissement communal, ni les contraintes de Nicole Delpeuch entre 2010 et 2014 – elle – qui a fait passer Porcher de 300 logements à 700 logements, ni d’ailleurs les trahisons de Jean Lemaire – lui – qui une fois élu – refuse toute démocratie du peuple par référendum local, un choix résolument délibéré dans la détermination d’anéantir le droit du peuple de décider de lui-même par référendum local, puis de faire payer les 6 millions aux administrés.

L’impératif : Vite, vite, il faut palier au sinistre ! Vite, vite, il faut étouffer l’affaire ! Vite, vite, il faut combler le trou Porcher, sinon, c’est un désastre sans précédent, une cascade assurée vers le bas, aussi bien pour l’Epamsa, la commune, l’administration, une chute que redoute évidemment tous ces responsables placés devant le choix de leurs actes, mais qui ne peuvent pas se permettre une mauvaise note générale, ni une mauvaise pub de l’OIN…

Une seule solution, on manipule les vérités, on manipule les responsabilités des uns et des autres, on fait croire à des contrevérités dans l’espoir de sauver une crédibilité actuellement en danger, il faut arriver à faire payer les 6 millions par les Gargenvillois sans que le peuple n’y comprenne pas grand chose.

ET OUF ! L’honneur est sauf pour tout le monde ! C’est à dire pour L’Epamsa, pour Nicole Delpeuch , et pour Jean Lemaire qui devient le sauveur de l’OIN à Gargenville, c’est à dire contre les attentes d’une majorité de Gargenvillois !

Alors, la rentrée sera difficile, très difficile… Dans cette période de disette, c’est rajouter des difficultés aux difficultés. Pas de choix possible pour les Gargenvillois pris dans un piège en véritables otages, nous paierons grâce à l’approbation du conseil municipal, puis nous paierons par obligation administrative du trésor, mais nous paierons par la contrainte, nous paierons dans la privation, et une partie de nos concitoyens paiera par un étalement comme ils le pourront… et comme l’administration est froide, glaciale, c’est 10% en plus pour tous les plus fragiles !

Pour d’autres, ce sera encore plus dur et plus compliqué, ce sera même très-très dur, souvent au prix de sacrifices dont des élus n’ont même pas idée… mais bon nombre de Gargenvillois paieront surtout dans l’espoir d’en finir une bonne fois pour toutes avec les contraintes politiques de Nicole Delpeuch et de Jean Lemaire !

Aujourd’hui, nous sommes tous obligés de subir les stupidités inouïes de Nicole Delpeuch et de Jean Lemaire, alors que nous ne sommes coupables de RIEN, c’est une punition effroyable de la part de ces deux personnages cosignataires de l’OIN !

Quand on écoute la population, c’est uniquement cette idée d’en finir au plus tôt avec Jean Lemaire et Nicole Delpeuch qui lui donne encore aujourd’hui du courage à tenir…

Pour beaucoup, revoir un jour quelque chose d’équivalent comme l’époque Samitier, c’est ça qui motive un peu les gens de Gargenville actuellement.

La population n’en peut plus, avec Nicole Delpeuch et Jean Lemaire, au bout des comptes, il n’y a que des contraintes et des dettes pour Gargenville ! Les gens en ont marre, marre de subir un pareil duo depuis dix ans !

Par ailleurs, dîtes-vous bien que sans l’implication de l’OIN depuis 8 ans, et sans cette possibilité de se retourner sur une augmentation de 20% – et la vente des biens communaux, la faillite de Gargenville était inévitable, la banqueroute aurait fait la une des journaux et la commune aurait été mise sous tutelle, mais l’administration de l’OIN a veillé au coup de grisou…. Alors il faut payer les âneries de « nos » deux cosignataires de l’OIN, convention oblige !

N’est-ce pas incroyable ? Avec Nicole Delpeuch et Jean Lemaire, on saute de la renommée fantastique d’André Samitier à une terrible chute dans le ruisseau !

Mais, ni M. Jean Lemaire, ni Mme Nicole Delpeuch ne vous diront la moindre vérité, ne comptez pas sur eux… D’ailleurs, ils n’ont jamais dit la vérité aux Gargenvillois… et pour cause, tous deux sont les seuls responsables de cette situation apocalyptique de l’OIN via l’EPAMSA. En outre, depuis le début du projet, tous deux connaissaient parfaitement le prix à payer d’une OIN à Gargenville. Ils sont donc doublement impardonnables !

Il faut bien comprendre que le peuple n’est pas empêché comme ça par hasard à décider de lui-même, il y a des raisons supérieures auxquelles Nicole Delpeuch et Jean Lemaire ont adhérer en catiminie en 2007, l’OIN, l’Etat, c’est à dire un ambitieux projet immobilier bousculant tous les acquis de Gargenville, alors pour ce qui nous concerne, et grâce à « nos » deux merveilleux économistes, ce sera aux Gargenvillois de payer leurs absurdités, un groupe scolaire de 6 millions d’euros (minimum), maintenant à charge des habitants qui n’ont jamais rien décidé à Gargenville…

Comme un bonheur n’arrive jamais seul, Jean Lemaire brade également les richesses immobilières de la ville ! FABULEUX  NON ?

Qui à Gargenville n’était pas rassuré par le compte épargne de Samitier? Et bien, avec Jean Lemaire, c’est fini !!!

Pire encore, malgré trois rejets successifs du projet Porcher aux élections communales de 2008 – 2010 – 2014, rien à faire, Nicole Delpeuch et Jean Lemaire sont revenus en orbite tour à tour à leur engagement de l’OIN de 2007, le tout en ignorant le message de leurs électeurs. Quel amour pour aucun bénéfice !

Par ailleurs, l’hypocrisie est à son comble quand M. Jean Lemaire veut nous faire croire qu’il est obligé de subir le contexte général. Avec de pareils mensonges, comment voulez-vous que l’abstentionnisme ne soit pas en hausse en France ?

Dans la région, tous les politiques savent parfaitement que partout où passe l’OIN, il faut payer lourd des contraintes souvent inadmissibles !

C’est par le biais de ce genre d’erreurs politiques qu’on arrive à cette catastrophe communale. L’un et l’autre, Nicole Delpeuch et Jean Lemaire, ne sont pas en phase avec le style de vie de Gargenville, ni d’une majorité des électeurs. D’ailleurs, ils n’ont jamais voulu l’être, tout simplement parce qu’ils sont partis dans un rêve fou de l’OIN, tout cela au lieu de préserver les acquis Samitier.

Il ne fallait pas avoir peur de l’ancien site Porcher – et il ne fallait pas rouler pour le système OIN, cette grande attraction des élus. Les plus gros risques n’étaient pas sur un lotissement communal, la preuve en est !

Il fallait y aller sans hésiter, franchement, et par tranches, sur un étalement minimum de 10 ans. Aujourd’hui tout serait déjà bouclé, et il n’y aurait jamais eu cette dette de 6 millions d’euros de l’OIN !

Depuis que Mme Nicole Delpeuch et M. Jean Lemaire ont voté l’entrée de l’OIN à Gargenville, tous deux sont à la remorque d’une certaine conception d’assistance de l’administration OIN, l’Etat, c’est évidemment assez rassurant en soi, mais ce n’était pas les habitudes d’André Samitier, lui au moins préconisait l’indépendance totale de sa ville, et pour cause.

Mais, l’administration, l’Etat, sont aujourd’hui en grande difficulté depuis la crise mondiale de 2008, donc moins de puissance à la mise en route, et moins de garanties finales. Dans ces conditions, croyez-vous qu’il n’existe aucun risque sur Porcher ??? En réalité, le danger d’un flop n’a jamais été aussi grand !

Comment vendre un projet où rien ne va ? Où rien n’est définitivement assuré ?

Promouvoir OUI, mais la région est en constante perte d’emplois, tout y est à reconstruire, tout y est a reconditionner, une stabilité, ça ne s’invente pas comme çà. D’autre part, les Ciments Calcia représentent un sérieux obstacle au statut de bien-être de la région, les secousses son importantes en vallée de Seine et dans le Vexin, avec cette image dégradante, croyez-vous que la clientèle va se bousculer au portillon Porcher ???

Par ailleurs, les nuisances routières sont loin d’être résolues à court terme, un seul passage SNCF subsiste par un vieux pont délabré, pas de 2ème franchissement de la Seine, et le RER en 2022 sur la rive Gauche.

Qui va s’empresser d’investir à Gargenville dans ce fabuleux décor ?

Nicole Delpeuch s’est trop aveuglée, à l’écouter, elle était tombée amoureuse d’un soi-disant paradis Porcher où tout y était merveilleux, mais sur papier…

Jean Lemaire c’est autre chose… Son comportement est extraordinairement fourbe, sournois, faux, car il était porteur d’un authentique espoir, celui du peuple, ne serait-ce qu’en messager du collectif de l’opposition, et du solide apport Républicain des 45% de suffrages de PMD !

Il fallait de l’authentique, du sérieux pour Gargenville, avec Jean Lemaire, la population n’y trouve pas son compte.

Tout ça pour çà ! C’est ce que se disent les Gargenvillois écœurés et dégoutés du comportement de Jean Lemaire…

Depuis 20 ans, Jean Lemaire désirait le pouvoir coûte que coûte… Il s’impatientait… Il bouillonnait même… Ses coups portés sur André Samitier ont pesé lourd aux élections de 2008 et de 2010.

Une chose est sûre, il finissait par se demander si un jour une opportunité finirait par lui sourire… Finalement, il a gagné l’Euro Millions ! Mais pas n’importe comment, juste avec la grille gagnante de la démocratie participative de PMD…!!!

Mais à l’entendre, pour lui, il était naturel qu’il devienne maire, car à n’en pas douter, il était le meilleur candidat, et d’après lui, il a les capacités, le talent, la maîtrise, le charisme, d’où sans doute, le choix de son appellation de « Gargenville en action », une usurpation électorale, car M. Jean Lemaire a toujours été en totale inaction face à Nicole Delpeuch, pendant ce temps, les autres composantes du collectif de l’opposition assuraient l’essentiel du travail, à savoir, le fond de commerce de la campagne 2014 de Jean Lemaire…!!!

Et puis, il y a aussi cette modestie grandiose de la photo « Honneur à notre maire », parue sur son compte twitter, qui  en est à tomber à la reverse pour les non-préparés à la surprise…

Dans ses campagnes, tous les adjectifs y passaient, connaissance, compétence, savoir-faire, expérience, dauphin, inaptitude des autres candidats, mais une fois empoché les 45% de PMD, c’est à un ultra borné auquel il faut faire face, celui-là même qui a essayé de briser la réputation d’André Samitier en 2001…

Mais les Gargenvillois ne s’y trompent plus, 7 chaises occupées à sa dernière réunion publique, et rien que des fiascos à ses diverses manifestations communales… Les gens ont cru dans l’association Jean Lemaire – Pierre-Marie Darnaut, mais pas pour un Jean Lemaire seul aux manettes par un gros coup fourré !

Seul et séparé des 45% des suffrages de PMD, Jean Lemaire est plus fragile que jamais, surtout enfermé dans son système OIN avec ses contraintes économiques dont il ne sortira jamais indemne aux yeux des Gargenvillois, qui voient maintenant son rôle parfaitement clair à l’Hôtel de ville.

Il aurait du le vérifier, mais le pouvoir en poche, il s’est convaincu du contraire dans l’ivresse du pouvoir, préférant pronostiquer un renversement d’opinion sur la durée du mandat. Si bien qu’à son actif, aucune démocratie participative ne peut apparaître dans sa politique, ni aucune liberté de décision du peuple, donc, des campagnes successives à mentir aux électeurs, à manipuler, à renverser des vérités, ne serait-ce que pour le collectif de l’opposition et la manipulation des suffrages de PMD, sans oublier les mensonges de la Camy, avec au bout du compte comme seul grand résultat… Avoir empêché toute décision démocratique à Gargenville !

Il n’y a rien de pire que d’humilier le peuple ! C’est un scandale monstrueux ! Une honte abominable !

Dans la tribune libre du dernier bulletin municipal (n°25), analysez la bataille des chiffres qui est étalée page 18 entre Nicole Delpeuch et Jean Lemaire, c’est à qui surpassera l’autre sur le dos des administrés, et non de leurs responsabilités, mais très aimablement entre Barons, car l’intérêt OIN subsiste toujours entre eux, néanmoins, vous remarquerez qu’on est bien dans la grande difficulté de trouver des liquidités dans l’immédiat – mais pas n’importe comment – calmement – tranquillement – et uniquement dans l’idée de prouver au peuple la nécessité d’aller puiser dans leurs poches en augmentant de 20% les impôts locaux… ENCORE FACILE ! Trop facile uniquement entre eux deux !

La situation est celle-ci : Nos deux compères ont voté une convention OIN en 2007, maintenant l’heure est venue de faire régler l’addition à la population, parce qu’il n’y a pas d’autre choix avec cette ZAC OIN qu’ils ont voulu.

Comme vous le savez, l’affaire ne s’arrête pas là, car Mme Nicole Delpeuch elle même parle de record de moyenne nationale, c’est tout dire, elle ose Mme Delpeuch, alors qu’elle est la principale créatrice de la dette !

Mais pour Jean Lemaire parti maintenant dans sa lancée d’un appétit féroce, très féroce même, ce n’est pas encore suffisant, alors il réclame de l’argent à cor et à cri…

De l’argent, de l’argent… toujours de l’argent… il faut de l’argent coûte que coûte, de l’argent par les portes ou par les fenêtres, mais pas uniquement pour étouffer l’incendie du projet Porcher, qui sinon stoppera faute carburant… Non, non, c’est aussi pour investir inutilement sur des bicoques qui vont coûter des millions d’euros supplémentaires aux Gargenvillois ! Après tout, les 20% c’est pour toujours, alors pourquoi pas d’autres projets catastrophiques ???

Car Jean Lemaire veut son empreinte, alors le patrimoine communal d’André Samitier tombe à pic, la convoitise est énorme, le magot aussi est énorme, finalement, c’est sans état d’âme que M. Jean Lemaire pratique cette dilapidation des biens communaux, au fond, « il n’y a qu’à se servir »…Et  dans ce bas de laine de Samitier mis à sa disposition – puisqu’il est le maire de la commune… donc celui qui peut se le permettre – il y a les solutions aux problèmes Porcher ! Quelle aubaine !

TROP FACILE ! ENCORE TROP FACILE… Ils sont seuls aux commandes de l’Hôtel de ville depuis plus d’une décennie, un coup toi, un coup moi, mais qui paye leurs folies ? Leur banqueroute communale ? Et comment se sortir du piège urbanistique Porcher, dont personne à Gargenville n’a voulu voir en place ?

Voilà comment ceci explique cela entre nos compères de la majorité et l’opposition… puis de l’opposition et la majorité… finalement où on ne sait plus très bien qui est qui dans ce méli-mélo d’une fois moi, une fois toi…

Une chose est certaine, ils monopolisent la mairie depuis une décennie, c’est à dire qu’ils ont monopolisé l’espace temps qui a permis un maximum d’absurdités ces dix dernières années… et ça continue…

Avant tout allait très bien… Mais c’était  André Samitier qui était aux commandes ! C’est à dire que nous avions à notre disposition une recherche constante d’un bien-être de notre ville, la recette est pourtant simple !

Souvenons-nous également qu’entre 2008-2010, nos experts financiers de la commune matraquaient d’une seule voix le nouveau maire domicilié dans le 95, c’était un délit d’habiter la porte d’à côté, qui plus est, double délit pour celui qui a incommodé leur petit système de l’OIN pendant deux années, alors qu’ils pensaient imposer sans souci un soi-disant un paradis pour Gargenville, d’ailleurs, pour le fameux duo, jamais ils ne se sont remis du trop plein de confiance de 2010, d’où le comportement méprisant de Jean Lemaire une fois maire !

Coûte que coûte, il fallait que nos « économistes » reviennent sur le podium, ce fameux podium, ce bon podium, mais au bout du compte, c’était pour finaliser Porcher… Ils n’avaient que ça dans leurs têtes… Et comme par magie, de 300 logements, Porcher est passé à 700 logements minimum en 8 mois (chiffre de la Préfecture)… FABULEUX NON ?

Ah ! Ce qu’ils pouvaient courir après le podium, ils couraient, ils couraient, tellement, tellement, que chacun du fameux duo rivalisait d’ingéniosité pour essayer de paraître le plus grand sauveur économique de Gargenville… Rappelez-vous Nicole Delpeuch déguisée en Jeanne d’Arc ! Et Jean Lemaire accoutré en gardien du temple !

C’était une époque assez comique… Mais regardez aujourd’hui ce qu’il en est de la période comique. Plus personne ne rigole, regardez ce que sont devenus les « bons choix économiques » de Nicole Delpeuch et de Jean Lemaire ! Regardez les difficultés auxquelles nous devons faire face dès la rentrée 2015 !

Nos grands champions de l’économie de Gargenville, ceux qui ont voté l’entrée de l’OIN en 2007… Sincèrement… Ils n’ont jamais vu venir la terrible addition Porcher ??? A votre avis… Faut-il les remercier ou les congédier ???

Nota: Leurs décisions politiques n’ont jamais été acceptées aux trois dernières élections communales ! Qu’importe ! C’est par la ruse et la force que Nicole Delpeuch et Jean Lemaire ont obtenu satisfaction, mais surtout pas avec l’approbation du peuple, bien au contraire !

Pour chacun des deux, les mandats en poche, tour à tour, les deux épris de l’OIN ont ignoré les attentes du peuple pour n’en faire qu’aux objectifs de l’Epamsa. Mais maintenant, QUI PAYE LA NOTE DE NICOLE DELPEUCH ET DE JEAN LEMAIRE ???

Gargenville était préservée, protégée… Qu’en ont-ils fait ???

Comprenez bien que nous sommes confrontés à des contraintes permanentes, à des sournoiseries, et ceci depuis 10 années. Les électeurs ont déjà condamné l’OIN à trois reprises ! Qu’à cela ne tienne ! La faillite Porcher est à payer ! Le pire à l’heure actuelle, c’est que le super duo d’économistes est toujours en place dans l’Hôtel de ville de Gargenville. Imaginez la prison dans laquelle on se trouve ! On ne s’en sort pas alors qu’il faudrait que ça cesse !

Finalement, les municipalités Nicole Delpeuch-Jean Lemaire… c’est bonnet blanc et blanc bonnet, mais la tension de l’OIN continue, car les Gargenvillois ne sont jamais vraiment informés en temps et en heure de la vérité des dossiers ! Pourtant d’autres dangers couvent…

Que deviennent les 49 000 m2 Porcher…? Les 60 000 m2 actés…? La friche du collège ? Les jardins face à la mairie ? La copropriété Henri  Chausson qui donnerait accès à l’EPFI, c’est à dire à un remake du scénario Porcher…

Pour le moment, il faut faire face au coût dramatique du groupe scolaire et des autres additions de l’OIN… Posez- vous simplement la question du coût total de l’opération Porcher sortie tout droit des deux « grands » penseurs de l’après-Samitier, 6 millions !!! Maintenant faîtes la différence avec le coût d’un lotissement communal, comme il aurait du en être l’opportunité fondamentale en 2006…

D’un côté, une facture écrasante de l’OIN (6 millions d’euros pour l’instant), de l’autre, une possibilité d’un lotissement communal avec le résultat d’un bénéfice non négligeable, également, pleine liberté d’un concept, continuité de l’esprit village, et évidemment, respect de l’opinion publique.

Ainsi, de multiples décisions catastrophiques ont été imposées contre l’intérêt général de la population…

Tout le monde savait qu’il fallait préserver la continuité Samitier… dont Nicole Delpeuch et Jean Lemaire font volontiers référence quand bon leur chante…

Malheureusement, le soi-disant « copié-collé » successivement au pouvoir depuis dix ans, s’avère incapable d’être à la hauteur de l’original.

A l’évidence, grâce aux interventions décisives de Nicole Delpeuch et de Jean Lemaire, Gargenville bascule dans la rigueur, on est dans un crash, mais sans le moindre appui démocratique de la population à l’OIN, car c’est uniquement par la faute de Nicole Delpeuch et de Jean Lemaire qu’on en est là, tout a été réalisé par la force et la sournoiserie, et rien qu’avec un alignement de tromperies à répétition, l’ensemble évidemment a aussi été étayé par de l’ambition mal placée… sans oublier un orgueil démesuré pour ces impatients avides du pouvoir depuis Samitier…

Priorité OIN… Et financement immédiat !

Vent de pessimisme, lassitude, exaspération… Les Gargenvillois en ont assez !

Les mesures financières de Jean Lemaire sont littéralement écrasantes… et impossible à avaler dans cette période de restriction nationale… Finalement, il faut payer par la force, mais pour quelle cause ?

Pour la « joie » d’une surdensification qui a déjà été rejetée par les électeurs à trois reprises ??? On croit rêver !!!

Dès la rentrée, nous serons tous placés dans l’obligation de payer des décisions politiques impardonnables, et toute cette misère financière provient des aberrations de Nicole Delpeuch et de Jean Lemaire…!

Personne d’autre ne figurait sur la place OIN en 2007 !

Le processus de la tragédie aura pris du temps… A la base, une grosse comédie de Nicole Delpeuch et de Jean Lemaire dans une soi-disant guéguerre entre la majorité et l’opposition qui n’a finalement jamais eu lieu – puis en est sorti un mauvais film sur dix années – les promesses d’un paradis Porcher – d’où une coalition souterraine 2008-2010 pour reprendre le pouvoir, parce qu’il fallait achever Porcher à 700 appartements – tout cela au bout du compte pour arriver à une dette record, mensonges et entourloupes compris !

C’est le moment de se projeter dans une perspective de recul…

Dans les têtes des Gargenvillois, la « révolution électorale » de Gargenville passait au 2ème tour par l’élection de Jean Lemaire, le gagnant de l’Euro Millions devait se montrer garant à contrer la politique de l’OIN de Nicole Delpeuch, et seulement contrer la politique de Nicole Delpeuch… Qu’en a-t-il fait de bon ???

Jean Lemaire a-t-il été à la hauteur des attentes des Gargenvillois ? A-t-il respecté les suffrages des électeurs ? A-t-il préconisé la valeur d’une démocratie participative ?  A-t-il informé ses administrés de ses réels objectifs politiques ? A-t-il sécurisé l’économie de la ville ? A-t-il foncièrement été honnête avec ses administrés ? Ou alors, a-t-il sciemment caché la vérité ? Ou mieux encore, dorénavant, faut-il l’appeler Maître Lemaire à l’occasion…???

LE 17/07/2015/ASSOCIATION GARGENVILLE SEINE VEXIN

 

 

Les Hauts-de-Rangiport attaqués par une association

Ses opposants dénoncent l’ampleur du projet

Le Parisien | 16 Avril 2013, 07h00

Simple quartier résidentiel ou « nouveau Val-Fourré »? Le futur quartier « Hauts de Rangiport », prévu sur le site industriel Porcher à Gargenville, n’en finit pas d’empoisonner la vie de cette petite ville proche de Mantes-la-Jolie.

L’association « La Défense gargenvilloise » a déposé un recours contre ce futur quartier qui doit sortir de terre dans les prochaines années.

Comptant en son sein des opposants à Nicole Delpeuch, maire de Gargenville, cette association assure se battre pour préserver la tranquillité de la commune. « Quand on construit 700 logements comme le prévoit Madame Delpeuch (la maire), c’est démesuré par rapport à notre ville, dit un membre de cette association. On va concentrer 2500 habitants sur 12 ha alors que les ponts sur la Seine et celui de la SNCF sont déjà saturés, et que la voirie ne permet pas d’absorber du trafic supplémentaire. On va nous construire une cité aussi dense que le Val-Fourré », dénonce ce bénévole qui annonce la création d’une liste d’opposition pour les élections de 2014.

Une bataille de chiffres

L’association estime que « 300 logements, cela aurait été acceptable ». Cette polémique se double d’une bataille de chiffres. Longtemps, la mairie avait arrêté le projet sur un programme d’environ 300 unités, ce qui, du coup, n’avait pas suscité de défiance particulière.

Stricto sensu, ce chiffre n’a pas évolué. Mais il y a plusieurs mois, la maire Nicole Delpeuch (SE) a reconnu que 300 logements supplémentaires verraient le jour. Pas sur les Hauts-de-Rangiport… mais en périphérie immédiate et d’ici 2025.

Au final, l’addition des deux projets, quasiment au même endroit, confirme les chiffres annoncés et redoutés depuis longtemps par ses opposants. « C’est parce que nous en avons pris conscience seulement pendant l’étude urbaine et la concertation publique des derniers mois. Rien n’était prévu avant », assurait, en juillet 2011, Nicole Delpeuch, qui n’a pas donné suite à nos demandes d’entretien.

Connexion