logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Fusion 92/78

La défense

 

Le Défense (Hauts-de-Seine) vue de Saint-Germain-en-Laye (Yvelines). Les deux départements souhaitent n’en former plus qu’un d’ici deux ans. (LP/Olivier Boitet)

Fusion 92-78 : « On se demande vraiment ce que cela va apporter »

L.M., F.-X.C., J.L. | | MAJ :

Pour l’instant, le projet de fusion porté par les présidents des départements des Yvelines et des Hauts-de-Seine laisse les habitants concernés plutôt perplexes. Seul Philippe, interrogé ce mardi, y voit « un point positif » : « Les liaisons entre les deux seront sans doute facilitées », espère cet habitant de Saint-Cyr-l’École.

 

Mais la fusion inspire plutôt « de la méfiance » à Pierre, retraité versaillais. « On a quand même l’impression qu’il s’agit d’un petit arrangement entre élus… On est mis devant le fait accompli, alors que tout ça mériterait un débat. Il y a déjà les grandes intercommunalités, la perspective du Grand Paris, on n’y comprend plus grand-chose ».

« Je ne pense pas que ce soit un moyen de résoudre les problèmes des gens »

Même scepticisme chez Jacques, qui réside à La Celle-Saint-Cloud. « Je ne suis pas sûr que ce soit une bonne idée. Le département est bien géré, on sait ce qu’on va perdre mais pas ce qu’on va gagner », glisse-t-il.

« Les deux départements n’ont pas le même tissu : le 92 est beaucoup plus urbain que le 78. Donc comment concilier les orientations des conseils départementaux ? » s’interroge pour sa part Jean-Christophe. À Montigny-le-Bretonneux, Pierre s’inquiète de voir les « élus s’éloigner encore plus des citoyens. » « On se demande vraiment ce que cela va apporter, poursuit-il. Et puis on regroupe deux des départements les plus riches de France, cela crée une nouvelle féodalité et je ne pense pas que ce soit un moyen de résoudre les problèmes des gens. »

« En quoi cela va-t-il changer notre quotidien? »

Un avis partagé par Mohamed, de Mantes-la-Ville : « En quoi cela va changer notre quotidien ? N’y a-il pas d’autres urgences à traiter ? » Léonard, employé dans l’assurance à Asnières-sur-Seine, est aussi « mitigé » face à une fusion qu’il considère, lui, comme « une énième magouille pour s’opposer aux socialistes dans le projet du Grand Paris. » Et qui pourrait faire de nombreux déçus selon Sophie, 31 ans, de Levallois-Perret. « Je crains qu’ils n’essayent de faire passer la pilule en assurant une baisse d’impôts, sauf qu’aujourd’hui on a l’habitude de voir cette démagogie s’évaporer dès qu’un projet est réalisé »… Un discours que tient également Margaux, fleuriste à Asnières-sur-Seine, pour qui « la baisse des frais de fonctionnement risque de mener à des coupes chez les employés du service public ». « On ne peut pas accepter de voir baisser ses propres impôts au prix de l’emploi de certaines personnes, alors que l’on a tant de mal à trouver un travail… » avance-t-elle. L.M., F.-X.C., J.L.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Connexion