logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

EPR de Flamanville, nouvelles anomalies

Danger

EPR de Flamanville, nouvelles anomalies repérées

Le Monde.fr avec AFP | • Mis à jour le

L'EPR de Flamanville en construction, en 2013.
L’EPR de Flamanville en construction, en 2013. CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Les soupapes de sûreté du réacteur nucléaire EPR de Flamanville rencontrent des « difficultés de fonctionnement » auxquelles l’exploitant EDF va devoir « répondre », a indiqué l’Institut de radioprotection et de sûreté nucléaire (IRSN), lundi 8 juin.

L’IRSN réagissait à une information du site Mediapart qui a fait état d’un « rapport confidentiel » de l’Institut datant du mois de février et portant sur de « graves dysfonctionnement de pièces importantes de l’EPR », déjà confronté à un sérieux problème sur sa cuve. Les soupapes permettent de réguler la pression de l’eau dans le circuit primaire du cœur nucléaire.

« Il n’y a pas de “rapport confidentiel”, car nous n’en sommes qu’à la phase d’instruction », a précisé Thierry Charles, directeur général adjoint de l’IRSN. « Mais il y a eu une réunion préparatoire avec l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) au cours de laquelle ont été présentés des transparents ». « Les essais réalisés par EDF ont montré des difficultés sur les questions d’ouverture et de fermeture des soupapes », a détaillé M. Charles. Ces essais ont débuté en 2014 et se sont poursuivis en 2015.

Avis définitif rendu cet été

« Pour l’instant, on ne peut pas encore conclure que c’est grave, car on n’a pas encore jugé complètement la qualité [de ces soupapes], a-t-il dit. Nous sommes en train d’examiner le dossier remis par EDF en vue du démarrage de l’EPR. Sur tous les sujets, on a des remarques. C’est classique. »

L’IRSN devrait être en mesure de rendre à l’ASN son avis technique sur les soupapes sans doute « dans le courant de l’été », a-t-il estimé. Il reviendra alors à l’ASN de demander à EDF des compléments d’information sur la conception des soupapes afin de s’assurer que ces éléments fonctionnent bien. EDF va devoir « apporter des réponses » pour montrer que la soupape est « prête à assurer sa fonction », a souligné M. Charles.

Interrogé par l’AFP, le groupe Areva, concepteur de l’EPR, a assuré que « tout ceci fai [sai] t partie du travail normal de qualification des équipements mené avec l’IRSN ». De son côté, EDF déclare qu’il enverra son « rapport final » à l’ASN et à l’IRSN « au cours du second semestre ».

Le réacteur EPR n’en finit pas d’accumuler les problèmes techniques. En novembre, EDF a annoncé un nouveau report, à 2017, de la mise en service de ce réacteur. Puis en avril, l’ASN a signalé une « sérieuse anomalie » dans la composition de l’acier du couvercle et du fond de cuve du réacteur fabriqué par Areva.

Connexion