logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Cimenterie Calcia

Pollution 21

 

 

 

NON à la pollution et aux bruits

Il n’est pas inutile de parcourir cette thèse d’une étudiante Algérienne en doctorat d’architecture et urbanisme

 

La conclusion y est très claire !

 

PAS DE CIMENTERIE EN ZONE URBAINE !

 

La cimenterie de Gargenville, presque centenaire, faisait à l’époque vivre un « village »…

 

Certes! Mais c’était AVANT !

 

Vous devriez regarder l’évolution démographique de Gargenville sur le site de l’INSEE pour vous en convaincre…

 

Une ville s’est construite autour, puis une agglomération… L’époque où maisons et voitures des villages de Gargenville, Guitrancourt, Juziers, et autres, étaient recouverts d’une poussière blanche est révolue depuis peu.

 

Celle où l’air redeviendra celui du poumon vert de l’Île de France ne peut qu’approcher !!!

 

Ouvrez les yeux, si vous voulez encore pouvoir ouvrir grands vos poumons !!!!

 


Dossier Toxicologie

 

Risques liés au ciment : de l’allergie… au cancer ?

 

Gérard Lasfargues, professeur en médecine du travail

 

Barème indicatif d’invalidité : affections causées par les ciments

 

Abondamment utilisés dans le BTP, les ciments peuvent être à l’origine d’atteintes respiratoires, oculaires ou cutanées. Ceux-ci contiennent notamment, à des niveaux variables, du chrome VI, une substance allergène… et cancérogène. Plusieurs pays européens ont déjà modifié la composition de leurs ciments pour limiter leur concentration en chrome VI. La France, elle, y réfléchit!

 

Depuis leur invention en 1817, les ciments n’ont pas connu d’évolution majeure dans leur mode de fabrication et dans leur composition. Or, c’est précisément de cette dernière que découlent les principaux risques pour la santé liés à leur utilisation. Matériau de base pour la construction, le ciment contient en effet des substances qui peuvent être à l’origine de diverses pathologies.

 

Qu’est-ce qu’un ciment?

 

Un ciment courant est constitué principalement de clinker. Le clinker est le produit de la combustion à très haute température (entre 1200 °C et 1400 °C) d’un mélange de calcaire broyé (80%) et d’argile réduit en poudre (20%). Il se présente sous la forme d’une poudre de fins granules. Ces granules sont composés principalement de silicates et d’aluminates de calcium et de petites quantités de chaux libre. Mais on trouve aussi, à titre d’impuretés, des traces de différents métaux, comme le chrome, le nickel et le cobalt. Mélangés avec un liquide, les granules forment une pâte liante. L’ajout de sable permet d’obtenir un mortier et l’ajout de fragments de roche, du béton. Par ailleurs, des additifs et adjuvants à faible dose (inférieure à 5% de la masse du ciment) sont de plus en plus utilisés dans la formulation des bétons, mortiers et coulis, afin de leur conférer des propriétés particulières: accélérateurs de prise, résines époxydiques, matières plastiques anticorrosives, agents bactéricides, soude caustique…

 

Irritations et allergies

 

Les principaux risques décrits pour l’homme sont reconnus en maladie professionnelle dans le cadre des tableaux 8 du régime général et 14 du régime agricole. Il s’agit d’atteintes oculaires (conjonctivites, blépharites) et d’atteintes de la peau. Le ciment est ainsi le premier agent causal de dermatites de contact chez les employés de la construction, même si la sous-déclaration est importante, comme pour les dermatoses professionnelles en général.

 

Ces atteintes oculaires ou de la peau proviennent soit d’irritations liées aux propriétés alcalines et abrasives du ciment, soit de réactions allergiques. Les allergènes les plus classiques du ciment sont: le chrome, en particulier sous sa forme hexavalente soluble (chrome VI); le cobalt, le plus souvent en association avec le chrome; enfin, les résines époxydiques. En outre, les ciments contiennent des particules susceptibles d’atteindre les alvéoles pulmonaires. Le risque respiratoire est bien présent et des augmentations significatives de fréquence de symptômes de bronchite chronique ont été observées dans les cimenteries, surtout en cas de fort empoussièrement.

 

Etiquetage obligatoire

 

La directive européenne 2001/60/CE du 7 août 2001 prévoit que les ciments et préparations de ciments dont la teneur en chrome VI est supérieure à 0,0002% du poids sec total du ciment doivent porter l’indication: « Contient du chrome VI. Peut déclencher une réaction allergique. »Sauf si la préparation est déjà classée comme sensibilisante et s’accompagne de la phrase R43: « Peut créer une sensibilisation par contact avec la peau. » C’est habituellement le cas en France pour l’étiquetage des ciments, qui comporte en outre le symbole de danger Xi (produit irritant) et les phrases de risque R36, R37 et R38: « Irritant pour les yeux, les voies respiratoires et la peau. »

 

Un risque cancérogène?

 

Compte tenu de la présence de chrome VI – responsable de cancers broncho-pulmonaires lors de la fabrication et du conditionnement des chromates et du chromage électrolytique -, la question du risque cancérogène des ciments se doit d’être posée. Le chrome VI est classé dans le groupe 1 (cancérogène certain pour l’homme) du Circ et dans la catégorie 2 de la classification de l’Union européenne, ce qui suppose un étiquetage mentionnant les phrases de risque R45 ou R49 (risque de cancer) si la concentration dé passe le seuil de 0,1%. Or, la concentration de chrome VI dans les ciments est variable suivant les études, les méthodes d’analyse utilisées et les réglementations des différents pays. Ainsi, dans les pays scandinaves, la réglementation impose une teneur en chrome VI des ciments qui ne doit pas dépasser 2 mg/kg (2ppm). Dans d’autres pays, des taux plus importants sont rapportés (10 à 35 ppm). Les taux de cobalt sont également variables, de 8,1 mg/g à 14,2 mg/g de ciment. Même si les études épidémiologiques actuelles ne permettent pas de conclure à un excès de risque cancérogène, notamment cutané ou pulmonaire, chez les salariés exposés aux ciments, il convient d’être prudent et d’identifier précisément les composants des ciments ou dé rivés lors de l’évaluation des risques liés à leur utilisation.

 

Des solutions de prévention

 

Des moyens efficaces existent pour assurer une bonne prévention des risques. L’utilisation de procédés générant un empoussière ment faible, avec une protection collective adéquate des salariés lors de l’exposition aux ciments secs, li mite le risque respiratoire. Malheureusement, les gants ou crèmes barrières restent souvent le seul moyen de protection lors de situations de travail non automatisables, telles que l’application manuelle de produits cimentés. En revanche, il est possible actuellement d’éviter la présence ou de réduire la concentration de composants à risque cancérogène, comme le chrome VI. Ainsi, l’ajout de sulfate ferreux, qui per met de réduire le chrome VI en chrome III, beaucoup moins à risque, a été adopté depuis longtemps par plusieurs pays européens, notamment l’Allemagne et les pays scandinaves.

 

La France, si elle étudie cette solution, ne l’a pas encore appliquée.

 

 

Gérard Lasfargues, professeur en médecine du travail

 

Une reconversion / repentance toute trouvée pour la cimenterie de Gargenville non?! Ou comment valoriser le CO2 qu’elle a trop longtemps recraché dans l’atmosphère, et « purifier » l’air de l’axe A13 et son bassin industriel…

 

Petits arrangements entre amis, Part 3/3

 

Et pas des moindres!

 

 » 17. L’article 9 de la décision Ciment inflige aux requérantes aux présents pourvois, «en raison de l’infraction constatée à l’article 1er , laquelle a été mise en œuvre en particulier par les comportements décrits aux articles 2, 3, 4, 5 et 6», dans le secteur du marché du ciment gris, des amendes à concurrence des montants suivants:

 

- pour Aalborg, 4 008 000 €

 

- pour Irish Cement, 3 524 000 €

 

- pour Ciments français, 24 716 000 €,

 

- pour Italcementi, 32 492 000 €

 

- pour Unicem, 11 652 000 €

 

- pour Cementir, 8 248 000 € « 

 

Vous reconnaissez 2 protagonistes ?!!!! Ciments Français étant devenus CALCIA par la suite…

 

C’était en 2004, certes… Ou comment « justifier » la nécessité de proximité… et la fameuse économie circulaire… et une Zone spéciale ?!!!!

 

La conclusion y est très claire !

PAS DE CIMENTERIE EN ZONE URBAINE !

 

La cimenterie de Gargenville est presque centenaire, cette usine est située à moins de 200 m de nouveaux projets urbains, qu’est-ce que vous en pensez ???!

Vous devriez regarder l’évolution démographique de Gargenville sur le site de l’INSEE pour vous en convaincre…

 

 

2 thoughts on “Cimenterie Calcia”

  1. Cloé dit :

    Merci à Bruno Lemaire, Monsieur 2% des primaires LR reconverti LREM, d’avoir signé ce nouveau contrat Calcia pour continuer à polluer des milliers de gens qui n’en demandaient pas tant. Encore un sur qui on ne va pas pleurer.

  2. Cloé dit :

    Merci à François de Rugy, grand amateur de homards arrosés de vins fins, d’avoir signé ce nouveau contrat Calcia pour continuer à polluer des milliers de gens qui n’en demandaient pas tant. Encore un qu’on ne va pas regretter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>

Connexion