logos representant le Blason de Gargenville le parc naturel regional du vexin francais et la qualite villes et villages fleuris

Bizarre, vous avez dit bizarre ?

logo-gargenvilleseinevexin-header

Bizarre, vous avez dit bizarre, comme c’est bizarre !

 

Que font les services de l’Etat ?  

 

Calcia… Un plan de concertation… OUI… 

Mais sans les associations de Gargenville !  

 

Résultat : Un arrêté Préfectoral portant déclaration d’un Projet d’Intérêt Général… mais sans jamais rencontrer les associations de Gargenville !  

 

Bizarre ! Vous avez dit bizarre ? Comme c’est étrange !  

Un acte contraire à la légalité ?   Dans la pratique, c’est-à-dire dans le respect de la constitution, des lois et des règlements, qui définissent la préservation de l’environnement, le droit à la santé, en la matière, dans le plan de la concertation, la liberté des autorités, ses pouvoirs de décision, sont garantis uniquement par le droit d’obtenir des actes unilatéraux ?

Obligation du principe de précaution, quant à leur objet, leur portée, le nombre d’habitants dans le Vexin, Gargenville et ses 7000 résidants, son effrayant nombre de logements en projet de l’OIN… puis, Juziers, Mézy, Hardricourt, Meulan et autres communes sous l’influence des vents, c’est à dire la pollution de l’usine…

Sans la participation des associations Gargenvilloises et autres, dans ce dossier, il en résulte une entrave à la libre concertation ? Cependant, fixer des limites aux seules communes concernées par la carrière de Breuil en Vexin, puis aux maires des seuls environs, est-ce pour autant dans ce PIG, aboutir à un bilan bien équilibré, ou alors à un bilan très mitigé sur la vie publique des populations mises en cause, l’ensemble évidemment, sans réelle possibilité d’accessibilité à une réflexion démocratique globale, portant sur les carrières, les enfouissements, et l’usine.  

Nous insistons notamment sur le fait, que, seul le représentant de la ville de Gargenville dans le déroulement de la procédure, en a été son maire, favorable à la continuité de l’exploitation de la carrière de Breuil en Vexin, favorable à la continuité de l’usine (350 000 tonnes/an de CO2, de particules fines de plomb, mercure, cobalt, zinc, etc.), et encore, favorable à l’enfouissement de déchets ultimes dans la carrière de Guitrancourt, pour finir, favorable dès 2007 à la convention de l’OIN.

 

Est-ce bien démocratique ? Quelle réelle valeur peut contenir ce PIG ?  

Par voie de conséquence, nos avocats réclament un recours en annulation sur un arrêté assujetti à une procédure reposant sur un manque de démocratie évident, notamment, sans jamais concerter GARGENVILLE SEINE VEXIN, son Président Pierre-Marie Darnaut, médecin à Gargenville depuis 35 ans, ancien maire, par ailleurs, à la base de l’appel Républicain des dernières élections municipales du 30 mars 2014, c’est-à-dire, la résultante des 45% des suffrages à l’élection du nouveau maire de Gargenville, qui, depuis son élection, est en totale rupture avec l’ancien collectif de l’opposition auquel il appartenait, et établi dès 2011 contre la politique de Mme Nicole Delpeuch, ancien maire de la commune sur deux périodes, 2004/2008, puis 2010/2014.

A décharge, il est vrai, de quoi s’y perdre pour de bon, même pour les services de l’ETAT !

Le 17/06/2015/ASSOCIATION GARGENVILLE SEINE VEXIN

 

 

Connexion